Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 17:08

 

 Retrouvez-nous sur le site de l'ARSIN :

 

 

http://www.arsin.fr

 

 

Cet article s'inscrit dans la suite de la publication de nos propositions.

 

Résumé :

Nous proposons que soit les langues allemande et italienne deviennent les secondes langues officielles de notre pays, et qu’un bilinguisme obligatoire se fasse dès l’école, mais dans ces deux langues, ou éventuellement en espagnol, néerlandais ou arabe, en laissant l’anglais comme troisième langue qui sera de toute façon demandée par les parents. Nous n’avons qu’un seul voisin anglophone, et peu nombreux seront les français qui iront vivre en Amérique du Nord. Nous devons donc nous former aux langues de nos voisins réels, plutôt que de miser sur un anglais vulgarisé comme « langue mondiale ».

 

Socialisme & Souveraineté refuse l’effacement du français au profit de l’anglais considéré comme « langue mondiale »

 

              Il n’y a pas de langue mondiale, et de toute façon, on n’en a pas besoin. Un être humain sur six est anglophone, et même si cette fraction va sans aucun doute progresser, rien n’oblige à ce que l’anglais s’impose partout dans la communication réelle. S’il est probable que plus de trois milliards de personnes vivront dans des pays où l’anglais est langue officielle en 2025, la plupart, comme dans l’aire francophone, parleront en premier lieu d’autres langues. Même sur Internet, l’information est de plus en plus accessible via d’autres langues (français, chinois, arabe, japonais, allemand…). Les discours sur l’inéluctabilité de l’anglais adoptent le point de vue d’une minorité d’êtres humains qui participent aux échanges commerciaux internationaux, aux colloques scientifiques, ou lisent des articles dans des revues qui pourraient être traduites, ou sont amenés à de fréquents déplacements dans de nombreux pays. Bref, une minorité de l’humanité. 3% seulement des êtres humains vivent dans un pays autre que celui de leur naissance, et la plupart d’entre eux n’ont résidé que dans un ou deux autres pays que leur pays d’origine.

             Ce dont ont réellement besoin les êtres humains, c’est de connaître la langue de leur pays, plus une ou deux langues de pays voisins, avec parmi ces langues une grande langue régionale lui donnant accès à la traduction des informations venant du monde entier. L’hindi, le swahili, le malais ou indonésien, le russe ou l’espagnol peuvent très bien remplir ces conditions. Le français n’a aucune raison d’y manquer.

 

Le multilinguisme français, allemand et italien contre l’imposition de l’anglais en Europe

 

            Si l’apprentissage de l’anglais par les élèves de second cycle dans les 27 pays de l’Union atteint la proportion de 83% en 2007 (soit près de quatre fois plus que le français ou l’allemand), ça n’en fait pas la langue réelle des européens. Nous avons beau avoir 99% de nos élèves qui étudient, en première ou seconde langue vivante, la langue de Shakespeare, il n’en reste qu’un quart des français se déclarent capables de parler anglais selon David Crystal. Selon le rapport 2006 de la Commission Européenne sur l’Education et la Culture, si 52% des habitants de l’Union sont capables d’avoir une conversation en anglais, 13% l’ont comme langue maternelle. C’est moins que l’allemand (18%, et 32% avec les germanophones en seconde langue), et pas plus que le français (respectivement à 13 et 26%). Dans la réalité, être la langue réelle de l’Europe continentale serait un rôle bien plus taillé pour l’allemand, que plus de la moitié des élèves de second cycle apprennent en Europe Centrale (80% en Slovénie et Slovaquie, 70% en République Tchèque, 60% en Pologne, 50% en Hongrie), aux Pays-Bas et au Danemark. Le principal obstacle qui se pose à l’allemand est que les français et plus encore les italiens l’apprennent peu. Si une véritable appropriation de l’allemand comme seconde langue se produisait à l’Ouest du Rhin comme au Sud des Alpes, l’allemand deviendrait véritablement la langue de l’Europe continentale, avec un avantage immense sur l’anglais d’être une langue réellement pratiquée au jour le jour, dans plusieurs pays situés au centre du continent, et par de solides économies exportatrices.

Que les français deviennent tous réellement bilingues ou trilingues est bien sûr une nécessité. Mais il n’y a aucune raison que ce bilinguisme se fasse forcément en anglais. Au contraire, nous devons collectivement miser sur des bilinguismes multiples, afin d’avoir le plus souvent possible autour de nous des compatriotes germanophones, italophones, arabophones ou hispanophones. Même pour la lecture de documents scientifiques, techniques et commerciaux en « globish », une minorité d’anglophones suffit. La synergie des compétences entre français fera le reste.

Le français ne gagnera pas seul sa lutte pour sa survie. C’est l’oubli de cette évidence qui génère la résignation face à la domination anglophone. Contre l’empire européen et sa prétendue « diversité », avec 23 langues officielles quand une petite minorité d’européens sont trilingues, nous pourrions défendre une véritable intégration culturelle librement consentie en mariant la langue de Molière avec celles de Dante et de Goethe. Un espace considérable de 200 millions d’européens, sur trois nations, bilingues dans au moins deux des trois langues, qui pourront être entendues de Brest à Palerme et à Hambourg, renforcera nettement la diffusion de l’allemand vers l’Est et du français en Afrique, et la survie de l’italien.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Propositions
commenter cet article

commentaires

Loup Solitaire 01/06/2013 19:56


L'auteur de cet article n'a rien compris au sujet ! J'ai rarement vu un article aussi à côté de la plaque. Les jeunes n'apprennent pas une langue pour le travail mais pour la culture, et dans ce
cas le cinéma et la musique américaines s'imposent. J'ai commencé à apprendre l'anglais pour traduire les jeux vidéo non traduits qui sortaient en France, puis il y a eu les sites Internet plus
tard, etc. C'est l'attirance culturelle qui prédomine, sans parler du rêve américain très présent chez les jeunes.


J'avais choisi l'allemand en seconde langue etje doit dire que je l'ai toujours regrété : une langue horrible (100 % des élèves des cours d'allemand détestaient l'allemand) et qui ne m'a jamais
servie d'un iota ! Avec le recul j'aurais choisi l'espagnol. L'italien est la langue que je trouve la plus belle à l'oreille mais elle est tellement peu utile... enfin bref, l'angalis ne pliera
pas de si tôt, seul le chinois peut faire parler de lui mais pour un européen c'est pas très tentant comme langue (trop difficile et pas très joli à l'oreille), reste à attendre une montée en
puissance du cinéma chinois et de sa culture en général.

Socialisme&Souveraineté 01/06/2013 20:22



Bonjour,


auteur de l'article, je dois vous dire que votre commentaire confirme pleinement ce qui y est dit. Vous formulez votre opinion à partir de votre parcours de vie strictement personnel, et au
passage votre vision des choses est mutilée par de très fortes oeillères.


Vous dites : "Les jeunes n'apprennent pas une langue pour le travail mais pour la culture, et dans ce cas le cinéma et la musique américaines s'imposent."


Faux. Déjà, la plupart des jeunes apprennent une langue étrangère...parce que c'est obligatoire au collège, lycée et dans de nombreuses formations supérieures ! Ce sont donc les responsables
politiques qui ont, à raison, fait ce choix d'imposer l'apprentissage des langues, non seulement pour des raisons culturelles mais surtout professionnelles, afin de donner à la France le vivier
de compétences linguistiques dont notre économie a besoin.


Ensuite, votre point de vue est très insultant pour les cultures étrangères autres qu'anglosaxonnes. A vous lire, on croirait qu'en dehors des pays anglosaxons, le monde serait un désert
culturel. Votre discours est presque une caricature de l'idéologie anglolâtre qui, derrière sa prétendue "ouverture au monde", est en fait extrêmement fermée à ce qui ne parle pas globish !


"J'ai commencé à apprendre l'anglais pour traduire les jeux vidéo non traduits qui sortaient en France, puis il y a eu les sites Internet plus tard, etc."


Votre profession est très minoritaire, et beaucoup de traducteurs, pour la littérature notamment, doivent maîtriser d'autres langues que l'anglais !


"C'est l'attirance culturelle qui prédomine, sans parler du rêve américain très présent chez les jeunes."


C'est vous qui le dites. Déjà, les chiffres ne vous donnent pas raison  : 80% des français vivant à l'étranger n'ont pas choisi les USA, le Royaume-Uni, le Canada ou l'Australie. Quant au
cinéma ou aux jeux vidéos, la grande majorité des films anglosaxons vus par des français le sont en VF ou VOST. Il n'y a pas besoin d'une réelle pratique de l'anglais pour être cinéphile ou
"gamer".


"J'avais choisi l'allemand en seconde langue etje doit dire que je l'ai toujours regrété : une langue horrible (100 % des élèves des cours d'allemand détestaient l'allemand) et qui ne m'a jamais
servie d'un iota ! Avec le recul j'aurais choisi l'espagnol. L'italien est la langue que je trouve la plus belle à l'oreille mais elle est tellement peu utile..."


Là encore, c'est votre vie, et vous vous prenez manifestement pour le centre du monde. La langue allemande peut être magnifique, et l'Allemagne et l'Italie sont nos premiers partenaires
commerciaux. Mais l'absurdité de l'anglolâtrie fait que nos entreprises communiquent avec eux trop souvent en anglais ! C'est là qu'il faut avoir une vision politique : avec des millions de
germanophones et d'italophones confirmés, nous pourrions faire autrement. Mais actuellement, un quart seulement des jeunes français choisissent l'allemand, et beaucoup arrêtent après le bac, donc
trop tôt pour avoir une réelle pratique (il en va de même pour ceux qui comme moi ont choisi l'espagnol, donc pour l'instant ne regrettez pas votre choix de la langue de Goethe)...


Mais en fait, pour beaucoup de gens, l'anglais n'est en fait guère plus utile. Je vais faire comme vous et prendre mon cas pour la norme : j'ai bac+5, vis en Ile-de-France et ai travaillé dans
deux sociétés internationales. Et bien vous savez quoi? Je n'ai JAMAIS besoin de parler anglais dans ma vie quotidienne ou professionnelle, seulement à titre de loisir. Donc je peux en déduire
que l'anglais ne sert à rien pour la majorité des français, et même si le raisonnement est caricatural, la conclusion n'est pas très loin de la réalité. CQFD.



Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique