Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 13:51

           Depuis peu, les paris sportifs ont été officiellement libéralisés en France, c'est à dire que les citoyens-consommateurs français ont l'autorisation de jouer en ligne sur des sites de paris sportifs qui ont été agréés par le gouvernement en recevant une licence.


           A la vérité, cette libéralisation se traduit plutot par une restriction des possibilités de paris en ligne pour les citoyens-consommateurs français. En effet, nombre de sites de paris en ligne qui avant la loi sur la libéralisation des jeux acceptaient tacitement les joueurs domiciliés en France les refusent dorénavant, faute d'avoir obtenu une licence d'exploitation.


           Concrètement, cette loi sur la libéralisation des jeux d'argent, notamment des paris sportifs ou du poker, se traduit par 3 résultats :


           -comme deja dit, une restriction de l'offre véritable avec nombre de sites de paris sportifs qui n'acceptent plus les joueurs domiciliés en France


           -une impossibilité de ressortir gagnant sur le long terme. En effet, avant la loi, le niveau des cotes des sites de paris sportifs faisait qu'ils reversaient en moyenne 90 à 95% des mises globales des joueurs, ce qui fait que quelqu'un de vraiment très bon  pouvait s'en sortir avec un résultat positif. Dorénavant, s'ajoutent aux 5 à 10% de racket du "bookmaker" 15% de racket supplémentaire au profit de l'Etat, ce qui rend impossible à quiconque de s'en sortir avec un résultat positif sur le long terme


           - l'autorisation de la publicité pour les jeux d'argent. Nous en avons eu la démonstration pendant la Coupe du Monde de football, avec à la mi-temps de chaque match au moins 3 ou 4 publicités pour les sites de paris sportifs, sans compter ce cave de Christian Jeanpierre qui lors des premiers matchs donnait les cotes des équipes pour inciter le téléspectateur à jouer (ne doutons évidemment pas qu'il avait des ordres pour le faire, c'est pas le genre à prendre des initiatives et à avoir des idées par lui-même).


           Le bilan des courses est très simple : l'Etat, par la libéralisation des jeux d'argent, trouve non seulement une nouvelle source de revenus en rackettant les joueurs à hauteur de 15% de leurs mises, mais en plus favorise le dangereux phénomène de l'addiction avec force publicité.


           Comme pour les casinos, et peut-être même avec plus de force puisqu'il est plus facile de jouer depuis son ordinateur que de se déplacer juqu'aux machines à sous, ne doutons pas que toute cette publicité autour des jeux d'argent et des sites de paris sportifs ne manquera pas de mettre sur la paille (ou dans la merde) nombre de citoyens-consommateurs, de briser des familles, des vies,.....


           Notons que l'Etat se rend très activement complice de toute cette saloperie (peut-être pour renforcer l'idéologie capitaliste dans les consciences), comme il s'était rendu complice de la diffusion de la cigarette en France avant de feindre aujourd'hui de lutter contre le tabagisme.


           Vu que ce n'est pas une fois qu'on a chié dans son froc qu'il faut serrer les fesses, Socialisme&Souveraineté vous met en garde tout de suite sur ce qui sera un fléau d'une ampleur non négligeable.

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Sport business
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 13:53

          Au cas où vous ne le saviez pas, voici la preuve décisive que l'UMP est un parti ridicule, populiste, et donc dangereux (ceci dit sans vouloir diaboliser ces clowns), qui préfère jouer sur les réactions épidermiques et émotionnelles plutôt que d'analyser sereinement les situations, avec réflexion et recul.


          Dimanche 27 juin, se disputent lors de la Coupe du Monde de football deux matchs comptant pour les 1/8ème de finale : Angleterre-Allemagne à 16 heures et Mexique-Argentine à 21 heures.


          Lors de ces deux matchs, deux erreurs d'arbitrages flagrantes et largement commentées se produisent, l'une frappant l'Angleterre et l'autre le Mexique.


          L'occassion rêvée pour le lobby de la télévision, et pour ces commentateurs abrutis que sont Franck Leboeuf (qui porte bien son nom), Christian Jeanpierre ou encore Arsène Wenger de faire leur propagande habituelle et simpliste en faveur de l'arbitrage vidéo dans le football, que tous ceux qui ne prennent pas la peine de bien réfléchir gobent évidemment sans sourciller.


          Rien de très inhabituel dans tout cela me direz-vous. Effectivement, voir des commentateurs sportifs confortablement assis dans les tribunes fustiger les arbitres n'est rien que de l'habituel.


          En revanche, plus surprenant (quoique) a été de voir qu'un grand parti politique français, l'UMP pour ne pas le citer, a dès le lendemain profité de la situation pour lancer officiellement sur son site et par la voix de son porte-parole Frédéric Lefebvre une pétition pour réclamer l'instauration de l'arbitrage vidéo dans le football. Cette pétition a rapidement recueilli plus de 150 000 signatures.


          Comme à l'accoutumée, l'UMP joue sur l'ignorance, sur le simplisme, sur les réactions épidermiques et "à chaud", pour faire passer ses idées (même sur un sujet aussi peu important que celui-ci), faisant croire à l'opinion publique crédule qu'il n'y a pas d'autre alternative possible et étouffant de manière terroriste toute possibilité de débat véritable.


          Par exemple, quand des actes d'insécurité médiatisés se produisent, nous voyons dès les heures qui suivent les ministres et dirigeants proposer des batteries de mesures qui ne sortent d'on ne sait où et qui ne peuvent résulter d'une réflexion approfondie et sereine de la situation. Le résultat est que les mesures mises en place se révèlent être le plus souvent inadaptées, car on aura préféré gérer les affaires à la petite semaine tels des politiciens aux petits pieds (et sans envergure) plutot que d'avoir réfléchi sérieusement à un projet de société et de civilisation.


          Le procédé pour la pétition sur l'arbitrage vidéo est le même : dans la lignée de Franck Leboeuf (qui, répétons-le, porte admirablement son nom), l'UMP de Frédéric Lefebvre se sert de deux erreurs d'arbitrage particulièrement flagrantes (dans des matchs hyper-médiatisés) pour vendre l'arbitrage vidéo aux téléspectateurs et rendre inacceptable aux yeux du plus grand nombre (qui n'aime guère réfléchir, c'est trop fatigant) l'opinion adverse, c'est à dire l'opposition à l'arbitrage vidéo, qui ne peut forcément être le fait que d'arriérés technophobes.


          Deja pour mettre les choses au clair, disons que Socialisme&Souveraineté est contrairement à l'UMP un parti politique sérieux, réfléchi, qui ne joue pas sur l'émotion (celle-ci menant à la disproportion et à la déraison), et donc qui ne prend pas position sur un sujet aussi ridicule que l'arbitrage vidéo dans le football. Ce n'est pas Socialisme&Souveraineté qui risque de lancer une pétition pour ou conte l'arbitrage vidéo.


          Cependant, ce que nous pouvons dire en respectant la pluralité d'idées et en ne jouant pas sur le terrorisme émotionnel pour rendre les autres idées inacceptables (là encore, comme l'UMP), c'est qu'il est possible d'être contre l'arbitrage-vidéo tout en étant technophile et progressiste, c'est le cas de votre serviteur qui en est arrivé à la conclusion que l'arbitrage vidéo dans le football amènerait plus de complications et de désagréments que d'avantages après avoir fait une minutieuse analyse coût-bénéfice (et ceci bien que les deux équipes qu'il soutenait au Mondial ont été en partie éliminées suite à des erreurs d'arbitrage, mais surtout à cause de leur niveau de jeu insuffisant, il est toujours aisé de rejeter la faute sur les autres et de se trouver un bouc-émissaire alors qu'on ne fait pas tout ce qu'il aurait fallu faire pour gagner) ......mais qui, naturellement tolérant et démocrate, comprend parfaitement que d'autres en soient arrivés à des conclusions différentes après avoir fait leur propre analyse coût-bénéfice.


          Pour finir et être tout à fait complet, nous pouvons signaler que le ridicule Frédéric Lefebvre et sa ridicule UMP s'intéressent tout de même au sujet depuis bien longtemps puisque cet individu avait écrit au président de l'UEFA Michel Platini pour pleurnicher son mécontentement face à l'opposition ferme de Platoche à l'arbitrage-vidéo.


          Platoche avait eu le bon goût de ne pas répondre à ce minus, et avait mentionné indirectement ce courrier en déclarant non sans sarcasmes :


          "Aujourd'hui, il y a Thiriez (président de la Ligue nationale française) qui est pour la vidéo et l'autre, le porte-parole de l'UMP, je ne sais pas comment il s'appelle....Mais moi je vous donne la liste de ceux qui font partie de la commission FIFA contre la vidéo : Beckenbauer, Pelé, Savicevic, Weah... Alors entre eux et Thiriez et le porte-parole de l'UMP - je ne sais pas comment il s'appelle - je ne sais vraiment pas qui je vais écouter..."


          Sacré Platoche. Sans prendre position sur ce sujet peu sérieux (sauf pour l'UMP) et en respectant les positions de chacun, c'est vrai que quand on compare la liste des soutiens à la vidéo (L'UMP, le lobby télé - TF1, Canal +,...... -, Franck Leboeuf, Christian Jeanpierre, Arsène Wenger) et des opposants (Platoche, Beckenbauer, Pelé, Savicevic, Weah), il y a une légère différence de niveau.

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Sport business
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 13:00

http://monastique.hautetfort.com/images/medium_haddock2.jpgLe coureur américain Floyd Landis, "vainqueur" du Tour de France 2006 et convaincu de dopage, avait jusqu'à présent tout nié en bloc et c'était épuisé dans un long procès pour récupérer sa couronne. En vain.


Il a donc décidé sagement de révéler la vérité, c'est à dire que non seulement il s'était dopé pour "remporter" le Tour de France mais aussi qu'il se dopait depuis 2002, et que ce dopage était organisé dans le cadre de l'équipe américaine US Postal de Lance Armstrong, septuple "vainqueur" du Tour de France.


Retour sur le scénario du Tour de France 2006 : Floyd Landis, favori de la compétition, explose dans l'avant-dernière étape de montagne et semble avoir perdu toutes ses chances de remporter le Tour de France.


Le lendemain, dans la dernière étape alpestre, il retrouve subitement ses moyens, relègue avec une facilité déconcertante tous ces adversaires a plusieurs minutes, avant de remporter finallement le Tour de France sur les Champs Elysées.


Pour expliquer sa métamorphose en 24 heures et son exploit, il dira tout à fait sérieusement qu'il avait bu quelques verres de whisky la veille au soir pour oublier sa tristesse, et que c'est ce qui lui avait donné des forces pour le lendemain.


Deja à l'époque, j'avais trouvé l'explication peu plausible de par mon expérience personnelle. J'ai en effet fait du cyclisme sur route en compétition quand j'étais plus jeune (en minime et en cadet), et il se trouvait que les courses avaient toujours lieu le dimanche. Malheureusement, il m'arrivait souvent à cette époque de "faire la fête" le samedi soir (ce qui n'est plus le cas dorénavant, il n'y a plus rien à fêter) ou plus exactement de boire quelques verres de whisky......et ça ne m'a jamais permis de survoler une course. Au contraire, j'étais en règle générale plutot decramponné dès les premiers kilomètres suite aux beuveries, alors qu'en tant "normal" (c'est à dire sans cuite), j'arrivais au moins à "sucer les roues" (jargon cycliste).


A vrai dire, ces révélations n'étonneront pas grand monde, espérons que le plus grand tricheur de l'Histoire du cyclisme Lance Armstrong, qui a deja été dénoncé à plusieurs reprises par ses proches mais aussi controlé positif, en subisse les retombées. Cet individu, qui pendant la première partie de sa carrière ne "montait pas un pont" (jargon cycliste pour dire qu'il était nul en montagne), s'est subitement transformé en un champion invincible suite à son cancer, ce que personne ne peut croire raisonnablement.


Floyd Landis, par son aveux courageux, apporte une pierre supplémentaire au démontage du mythe Armstrong, même s'il sera encore bien compliqué de faire chuter de son piédestal ce tricheur particulièrement protégé par l'UCI (Union Cycliste International) pour des raisons de business.


Mais au-dela, c'est tout le cyclisme professionnel qui est gangrené (et même amateur, au niveau régional les produits circulent aussi), et les rares coureurs qui ont préféré rester http://monastique.hautetfort.com/images/medium_haddock3.jpg"cleans" ont été contraint face aux menaces et à l'omerta généralisé d'arrêter leur carrière (Christophe Bassons).


Ceci n'empêchera pas les veaux d'aller vibrer pour ces pharmacies ambulantes au bord des routes lors du prochain Tour de France, tout en attendant auparavant avec une grande excitation l'hideuse caravane publicitaire pour récupérer tels des mendiants une casquette ou un porte-clé sans valeurs que l'on leur aura balançé comme à des chiens.

 

Quoi qu'il en soit, merci à Floyd Landis, on ne pourra plus dorénavant se faire traiter d'anti-américain primaire en révélant l'évidence sur Lance Armstrong et l'US Postal.

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 13:31

http://www.vefutbol.com.mx/img/2010/04/Fut/grit322.jpgLes femmes de footballeurs ont à juste titre la réputation d'être des personnes sans âme et sans principes, superficielles, seulement intéressées par l'argent et aussi belles à l'extérieur qu'elles sont laides à l'intérieur.

 

  Grit Freiberg, épouse du gardien de but du Werder Brême (1) Tim Wiese, n'est pas de cette engeance. Elle juge le salaire de son mari et des footballeurs professionnels en général comme disproportionnés et immérités.


Elle a ainsi déclaré (c'est une traduction, donc de l'a peu près mais ça ne modifie rien quant au fond du message) :


 "Je suis certaine que nous devrions percevoir un salaire clairement plus bas.


C'est trop disproportionné,notamment par rapport aux médecins qui sauvent des vies dans les hôpitaux ou au secteur de la construction. Mon père était ouvrier et les ouvriers gagnent juste de quoi nourrir leur famille.

 

Nous transmettrons à notre fille la conviction qu'une personne n'est pas meilleure ou pire qu'une autre parce qu'elle joue bien au ballon".


Face à ces propos d'une grande justesse et d'une grande lucidité, Tim Wiese a fait preuve d'une mauvaise foi déconcertante en déclarant :


 "Quiconque a un talent comme le mien et a sacrifié tellement pour cela doit accepter l'argent. C'est un marché économique libre. Et une carrière est relativement courte".


 Ce veau démago aurait presque tendance à nous faire pleurer avec l'argument de la carrière courte. Quand on sait qu'un footballeur pro gagne plus en un an qu'un ouvrier en toute une vie, il y a de quoi être amusé. Surtout que les sportifs professionnels bénéficient en règle générale de facilités de reconversion (assez inadmissibles d'ailleurs, non aux passe-droits !), tout comme dans un autre registre les planqués de l'armée.


C'est un marché économique libre, dit-il ensuite. En effet, d'où la nécessité de contrôler directement le niveau des inégalités en laissant le soin à la collectivité de fixer le niveau des rémunérations, comme le propose Socialisme&Souveraineté dans son programme.


Ce n'est que de cette façon que l'on pourra revenir à un niveau d'inégalités économiques rationnel (et non disproportionné) - reposant sur des critères de mérite, de travail et d'utilité sociale - comme le souhaite son épouse Grit Freiberg (aussi belle intérieurement qu'extérieurement) ainsi que tous les hommes et femmes de bonne volonté qui ont une conscience et savent ce que signifie le mot justice.


 (1) le Werder Brême est un club allemand pas très excitant qui a un palmarès relativement nul (ils ont juste gagné une Coupe des Coupes - c'est à dire une Coupe d'Europe de seconde catégorie - en 1992 contre l'inutile AS Monaco) et qui joue en outre n'importe comment, sans aucune rigueur tactique (ce en quoi il est très peu allemand) : c'est certes l'un des clubs européens qui marque le plus de buts mais c'est aussi l'un de ceux qui en encaisse le plus......avec la passoire Tim Wiese dans les cages.

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 12:26
http://top-news.fr/photos/anelka-nicolas.jpgDans un entretien au journal 20 minutes, le footballeur Nicolas Anelka déclare notamment :


"En France, tu ne peux pas faire ce que tu as envie. J'aimerais bien habiter en France, mais ce n'est pas possible. On sait pourquoi, niveau fiscalité... Si je veux rouler en grosse voiture, je suis regardé différemment. Je ne veux pas jouer au foot et payer 50% de ce que je gagne. L'argent que j'ai, il est pour mes
enfants. Si je peux leur offrir quelque chose, je le ferais là où il n'y a pas de fiscalité. Si certains sont choqués, tant pis. Mais la France, c'est un pays d'hypocrites."



Beaucoup de commentaires peuvent être apportés à cette simple déclaration.

S'il se sent obligé de rouler en grosse voiture pour se sentir exister, ça le regarde, même si c'est évidemment révélateur d'un profond manque d'intériorité et de maturité intellectuelle.

Qu'il trouve anormal de payer 50% d'impôts sur des revenus du travail (si on peut parler de travail le concernant) est aussi compréhensible, je suis aussi contre l'imposition des fruits du travail de chacun.

Mais il y a plusieurs mais.

Tout d'abord, quand Anelka dit que la France est un pays d'hypocrites, il est permis d'y voir une marque de racisme. En effet, si je disais que l'Algérie est un pays de voleurs ou que les Antilles françaises sont des régions de fainéants, je me ferai traiter de raciste à juste titre, car ces remarques tendent à la généralisation stupide et à mettre tout le monde dans le même panier.

Ensuite, il ne pense qu'à sa petite famille, ce qui ravira ceux qui placent au dessus de tout la valeur famille, mais ce qui confirme ce que j'avais pu dire par ailleurs, à savoir que la défense des intérêts égoistes de sa petite famille est difficilement compatible avec la solidarité nationale.

Ensuite, je ne peux m'empêcher de penser qu'Anelka mord la main qui l'a construit. En effet, en football comme ailleurs, tout n'est pas affaire de talent : la formation est primordiale.

Or Nicolas Anelka est originaire de l'ile française des Antilles de la Martinique. Si la Martinique n'avait pas été française et avait été un pays indépendant comme les iles voisines d'Haiti ou des Bahamas, il n'aurait pas pu bénéficier de la formation footballistique à la française et aurait eu peu de chances de devenir footballeur de haut niveau (il suffit de regarder le nombre de joueurs professionnels de haut niveau que sortent les Bahamas ou Haiti pour s'en convaincre).

----------------------------------------

Petite parenthèse qui s'écarte un peu du sujet, heureusement que le contribuable français métropolitain n'a pas la même mentalité que Nicolas Anelka, quand on sait tout l'argent qu'il verse aux DOM-TOM pour leur assurer un haut niveau de vie. Car si les DOM-TOM étaient indépendants, ils n'auraient pas un PNB si élevé, la Martinique et la Guadeloupe seraient au mieux au niveau des Bahamas et au pire au niveau d'Haiti, Mayotte (Océan Indien) serait au niveau de son ancienne maison-mère, les Comores, qui ont voulu leur indépendance et qui rêvent tous depuis de rejoindre Mayotte pour devenir français. On peut donc se demander qui exploite qui.....

L'occasion d'élargir le sujet un peu plus en poussant un coup de gueule contre les discours gauchistes démagogiques (par exemple, le discours de Chavez à Copenhague est un modèle du genre) qui s'imposent comme des vérités couramment admises mais qui ne résistent pas à l'épreuve d'une étude minutieuse des faits (mais il faut dire que nous vivons à une époque obscurantiste et crétine).

Par exemple, nous entendons souvent dire que "les Blancs" (c'est à dire les puissances européennes) ont pillé l'Afrique et l'ont plongé dans la misère et la pauvreté, et donc que le retard de développement de l'Afrique serait dû à la colonisation. C'est la pensée qui est couramment admise dans le peuple.

Pourtant, si on étudie un peu le sujet sérieusement, il est possible de remarquer qu'en règle générale, les pays africains les plus riches aujourd'hui (ou les moins pauvres) sont ceux qui ont été colonisés le plus longtemps (à l'exception peut-être de la République Démocratique du Congo, mais eux ils ont eu la malchance d'être colonisés par les Belges) alors que les plus pauvres sont ceux qui ont été les moins colonisés voir pas colonisés du tout (par exemple l'Ethiopie, ou sur le continent asiatique l'Afghanistan).

On peut donc penser sans risquer de trop se tromper (même si c'est un peu interdit de le dire aujourd'hui) que s'il n'y avait pas eu la colonisation, les pays africains seraient encore moins développés aujourd'hui et ils seraient beaucoup moins peuplés. C'est le genre de choses qu'il est interdit de dire mais quand on a le souci de l'objectivité et de la recherche de la vérité, ce qui a toujours été mon cas (voila pourquoi je me suis fait tant d'ennemis dans tous les camps politiques), il est difficile de ne pas en arriver à cette conclusion, même si ça ne cadre pas parfaitement avec nos principes politiques qui défendent la souveraineté de tous les pays et condamnent la colonisation.

En sens inverse, une autre pensée, d'inspiration droitarde et fascisante celle-ci, et qui d'une même manière est dorénavant couramment admise dans le peuple, consiste à dire que "les communistes ont plongé dans la misère tous les pays qu'ils ont dirigé". Pourtant, là encore, si on observe tous les pays que les communistes ont dirigé, on peut remarquer que la plupart d'entres eux étaient plus développés après le passage des communistes qu'avant. Ceci dit, là encore, sans vouloir spécialement défendre le "socialisme réel" (pas plus que la colonisation), mais toujours dans l'objectif d'être le plus objectif possible et pour la recherche de la vérité.

Bien entendu, j'accepte qu'on puisse ne pas être d'accord avec mon diagnostic et éventuellement d'en débattre.

----------------------------------------

Fin de la longue parenthèse, revenons à Nicolas Anelka......

Nous disions donc qu'Anelka mord la main qui l'a construit.

Il nous restait un dernier point à évoquer : celui des salaires.

Nicolas Anelka pense sans doute à juste titre qu'il est injuste que les fruits du travail soient taxés.

Mais il oublie une question d'importance : celle du niveau des salaires.

Le football étant une activité de divertissement (beaucoup moins importante qu'une activité de production, en tout cas pour tout esprit rationnel et socialiste) dont l'utilité sociale est bien faible, il parait objectivement inconcevable que dans une société normale, un footballeur professionnel puisse gagner plus de 10 000 euros par mois (et encore je suis large) c'est à dire de l'argent de poche (même avec un éventuel 50 % d'impots) par rapport aux 500 000 euros par mois qu'il perçoit actuellement (si ce n'est pas plus).

10 000 euros par mois, c'est encore davantage que le salaire moyen d'un médecin de campagne (au mieux 8 000 euros) qui fait autrement plus d'heures qu'un footballeur professionnel, qui est autrement plus utile socialement, et qui fait des études autrement plus difficiles......du moins pour ceux qui font leurs études en France, car il y a des "cancres" qui vont valider leur diplôme à Cluj en Roumanie, et je crois par ailleurs que dans certains domaines (études de vétérinaire ou encore de kinésithérapie), certains "cancres" vont faire leurs études en Belgique car c'est plus facile qu'en France. L'excellence française n'est pas à la portée de tous.

Terminons en démentant l'accusation d'hypocrisie prononcée par Nicolas Anelka à l'encontre du peuple français :

NICOLAS ANELKA EST UN GROS CON

Julien B.



Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 18:37

A plusieurs occasions, nous (enfin "je", mais ça fait mieux de dire "nous") avons pu dire que ce sont avant tout les revenus du capital (qui reposent essentiellement sur la propriété privée des moyens de production) - bien davantage que les revenus du travail - qui créent les énormes inégalités injustes entre les individus dans une société, et en ce qui nous concerne dans la société française.


Cependant, cette généralité ne doit pas nous empêcher de voir qu'il existe des cas particuliers pour lesquels les revenus du travail apparaissent immérités, c'est à dire sans commune mesure avec les compétences déployées et l'utilité sociale avérée.


On pourrait nous répondre que les cas particuliers ne sont pas importants, mais nous considérons qu'il faut faire preuve de rigueur et que notre programme politique ne doit rien laisser au hasard. Dans notre France socialiste, souveraine et fraternelle de demain, il ne devra plus y avoir le moindre privilégié (dans la véritable acceptation du terme).


Si nous pouvons par exemple comprendre, au regard de son utilité sociale, qu'un chirurgien perçoive un salaire de 10 000 euros par mois et si nous comprenons bien à quoi sert un maçon (construire des maisons et batiments, pour faire simple), nous avons du mal à accepter que des individus puissent toucher des millions (ou centaines de milliers) d'euros par mois alors que leur travail se révèle être très largement inutile à la bonne marche de la société.


Parmi ces individus, nous pouvons citer les sportifs professionnels et pour parler d'un domaine que je connais un peu mieux les footballeurs. Non pas que je sois footballeur - j'ai fait du foot quand j'étais plus jeune et n'étais pas très bon, je suis meilleur dans les sports individuels que j'ai commencé à un âge trop tardif pour pouvoir espérer faire carrière (je fais du tennis depuis 1 an et demi et le prof me dit que j'ai un très bon niveau pour quelqu'un qui pratique depuis si peu de temps, mais passons car c'est un autre débat) - mais j'ai toujours suivi ce sport de près comme en atteste quelques sujets de la rubrique "Sport-business".


L'arrêt Bosman de 1995 a conduit à soumettre ce sport aux seules lois du marché. C'est ainsi que depuis 1995, les salaires moyens des footballeurs du championnat de France de première division a été multiplié par 3. Peut-être plus grave encore, nous constatons que l'écart de niveau entre les différents clubs n'a jamais été aussi fort, ce qui contribue à tuer le spectacle et ce sans quoi le sport n'a guère d'intérêt : l'incertitude ou dit autrement le suspence. Pendant que les quelques gros clubs n'hésitent pas à se surendetter pour acquérir les meilleurs joueurs, l'immense majorité des autres clubs se retrouvent à devoir composer avec les seuls joueurs de second calibre et ne peuvent donc jamais rivaliser sur le terrain.


Pour faire face à ces difficultés nouvelles qui sont apparues avec l'arrêt Bosman, nous ne voyons qu'une seule solution valable : la collectivisation des clubs de foot. Elle pourrait consister à ce que la fédération nationale récupère toutes les recettes des différents clubs et les répartissent de façon juste entre les différents acteurs : footballeurs professionnels (en tenant compte des résultats obtenus sur le terrain, il est normal que les joueurs d'un club finissant premier du championnat gagnent davantage que ceux du club qui finit 20ème), encadrement, clubs amateurs,.............Un tel système aurait le mérite d'éviter que des footballeurs professionnels - qui sont qu'on le veuille ou non des personnes largement inutiles à la société qui parsèment leurs déclarations d'après-match d'erreurs de syntaxe - puissent percevoir des salaires trop importants et immérités, et permettra également de développer le sport pour tous (par le financement de nouvelles infrastructures) ou encore d'aider les petits clubs amateurs qui constituent l'immense majorité des clubs et qui ont souvent du mal à joindre les deux bouts.


On me rétorquera que la carrière d'un footballeur ne dure environ que 10 à 15 ans et qu'une fois celle-ci terminée, il ne gagne plus rien s'il n'a pas préparé sa reconversion. C'est vrai, c'est pourquoi on pourrait accorder une pension de retraite à un joueur arrivant au terme de sa carrière. Une retraite prématurée, un peu comme il en existe dans la presque aussi inutile armée.


Des esprits chagrins et éternels insatisfaits pourraient aussi nous dire qu'avec un tel système limitant le niveau des salaires, il est certain que le nombre de joueurs français qui vont aller jouer dans d'autres pays sera colossal et que le niveau du championnat français baissera. C'est vrai, mais si on établit des nouvelles règles qui interdisent à un joueur français qui évolue dans un club étranger de pouvoir porter le maillot de l'équipe nationale (ce qui se fait par exemple pour l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande) voir qui les menacent de les déchoir de leur nationalité, peut-être y réfléchiront-ils à deux fois avant de partir.


Et si ces règles désincitatives ne suffisent pas, tant pis. Nous ferons remarquer que d'or et deja, beaucoup de joueurs "français" évoluent dans des clubs étrangers et que le niveau du championnat de France de football est minable. La preuve : en plus de 50 ans de compétitions européennes (c'est à dire environ 150 trophées distribués), les clubs français n'ont gagné que deux fois......et encore de quelle façon. La première fois, la Coupe des Clubs Champions en 1993 avec le Marseille de Bernard Tapie (qui dit Tapie dit trucage, et juste avant l'affaire OM-VA) et la seconde fois, la Coupe des Vainqueurs de Coupes en 1996 avec le PSG c'est à dire une compétition qui a été depuis supprimée tant le niveau des participants était faible. Il sera donc très difficile d'obtenir de plus mauvais résultats sur les 50 prochaines années, même avec notre système collectiviste.


Evidemment, ce système collectiviste ingénieux ne devra pas être réservé au seul football mais devra s'étendre à tous les sports et à toutes les activités qui permettent à des individus de percevoir des revenus du travail sans commune mesure avec leurs compétences et utilité sociale (ex : cinéma, musique,......ce qui ravira les intermittents du spectacle).


C'est ainsi que grâce à nous, les privilèges seront véritablement et absolument abolis. Nous finirons le travail que la Glorieuse Révolution de 1789 a commencé.


Il faut tout collectiviser !
A bas le sport sauce capitaliste ! 

A bas la gauche écolo-bobo !

Vive la "gauche collectiviste" !

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 01:52

Mardi soir lors du match France-Tunisie (que je n'ai pas regardé, les matchs amicaux c'est nul), la Marseillaise a été sifflée par des supporters "tunisiens" (de nationalité française). Le Président de la République Nicolas Sarkozy ainsi que tous les membres du gouvernement et les médias à leur botte se sont indignés toute la journée de mercredi.


Que les choses soient claires : je ne défend absolument pas le comportement de ces supporters "tunisiens" de nationalité française.


Au contraire, je considère que toutes les personnes étrangères qui s'installent en France et prennent la nationalité française ont le devoir de s'assimiler à la société française et donc de préférer leur pays d'accueil à leur pays d'origine. Tous ces supporters qui vont soutenir leur pays d'origine quand il joue contre l'équipe de France et surtout qui en profitent pour cracher sur notre hymne nationale n'ont à mon sens rien à faire dans l'Hexagone. Ils doivent retourner dans leur pays d'origine.


Il faut cependant faire attention à ne pas tout mélanger : ce qui est grave n'est pas de ne pas supporter l'équipe de France en tant que citoyen français mais de siffler l'hymne. Moi non plus je ne soutiens pas la France en football car c'est une équipe de millionnaires cosmopolites arrogants qui vont monnayer leur "talents" aux 4 coins de l'Europe. On peut aimer profondément la France (ce qui est mon cas) tout en détestant l'équipe de France de football. J'exècre d'ailleurs le "patriotisme sportif" qui est pour moi le patriotisme des imbéciles et qui ne sert absolument à rien.


Aimer la France, ce n'est pas supporter une équipe de foot (qui plus est une équipe de millionnaires qui roulent en lamborghinis et qui sont mariés à des pétasses écervelées et cocainées). Non, aimer la France, c'est être attaché à sa culture, à sa langue, à son peuple, c'est défendre bec et ongles son indépendance et sa souveraineté contre l'uniformisatrice mondialisation et l'inutile et inconstructive construction européenne.


Je souhaite me mettre pendant quelques instants dans la peau d'un adepte de la théorie du complot : j'ai du mal à voir une simple coincidence dans ces évènements et dans la récupération médiatique qui en a été faite par Sarkozy et son Gouvernement de l'Anti-France.


Avant ce match "amical" France-Tunisie, la France avait disputé dernièrement deux matchs tout aussi "amicaux" contre d'anciennes colonies et pays du Maghreb : France-Algérie et France-Maroc. Lors de ces deux matchs, la Marseillaise avait été copieusement sifflée. Il n'était donc pas difficile d'imaginer qu'il en serait de même pour ce France-Tunisie.


Jouons les complotistes jusqu'au bout et imaginons que Sarkozy puisse etre plus ou moins directement derrière l'organisation de ce match amical, sachant qu'il était quasiment certain que la Marseillaise serait sifflée et qu'il pourrait faire à peu de frais un beau coup médiatique en se faisant passer pour un vrai patriote qui aime son pays. Ce qui n'aura probablement pas manqué de convaincre les simplets.


Toujours est-il que théorie du complot ou pas, Mister Nick Sarko et son Gouvernement de l'Anti-France sont bien mal placés pour donner des leçons de patriotisme, à l'heure où ils désintègrent toujours plus la France dans la construction européenne et la mondialisation.


Les médias bourgeois, curieusement, ne trouvent rien à redire quand les plus hauts représentants de l'Etat Francais - par exemple Messieurs Fillon et Sarkozy - parlent en anglais lors de conférences de presse (ce qui venant de représentants de la France aurait été inimaginable il y a quelques années encore) . C'est pourtant une trahison bien plus grave qu'une Marseillaise sifflée au stade de France.


Au moins, ces "tunisiens" de nationalité française ne sont pas des faux-culs : contrairement à Sarkozy ou Fillon, ils ne prétendent pas aimer la France et la représenter tout en la détruisant dans les faits. J'ai toujours préféré la franchise à l'hypocrisie, aussi je préfère ces supporters tunisiens qui nous ont bien fait comprendre qu'ils détestent la France et ne se sentent pas français (*) à Sarkozy et à son Gouvernement de l'Anti-France qui se camouflent dans de faux habits patriotes.


(*) Je n'en veux pas du tout à ces tunisiens de nationalité française de ne pas se sentir français et de ne pas vouloir s'assimiler, je leur reproche simplement de manquer de cohérence en n'allant pas vivre dans le pays de leur coeur.

Pour la route, une petite Marseillaise sifflotée puis chantée !




Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 02:51

Michel Platini (*) - Platoche pour les intimes - a fait une très belle carrière en tant que joueur et prend quelques positions que j'estime justes, ou que je considère aller dans le bon sens, en tant que président de l'UEFA.


Contre l'arbitrage-vidéo


Il y a quelques jours, Michel Platini a rappelé son opposition farouche à l'arbitrage-vidéo, allant à contre-courant des souhaits de la majorité des moutons-collabos (qui s'expriment souvent sur ce sujet comme sur tous les autres sans réfléchir), des enculés de journalistes sportifs ou des capitalistes qui gravitent dans le milieu du football qui le plébiscitent largement.


Il en a profité pour régler ses comptes avec Arsène Wenger, le manager capitaliste cosmopolite de l'équipe "anglaise" (dans laquelle il n'y a pas un seul joueur anglais) d'Arsenal qui est aussi l'un des plus acharnés défenseur de l'arbitrage-vidéo, en déclarant que "moi, je parle de foot, Wenger de business. Il faut arrêter avec Wenger et tout ça. C'est tout pour ma gueule, c'est TPMG, Arsène !".


Il a en outre expliqué que "l'arbitrage-vidéo pose un problème de temps, de durée, de tout. Les matchs vont durer quatre heures. Je vais vous donner un exemple : il y a un mec qui va tirer un coup-franc, un autre va marquer de la main et l'arbitre ne le voit pas. D'accord, on prend la vidéo. Mais avant qu'il ait marqué de la main, un défenseur l'a poussé et il y a penalty. Et peut-être que le coup-franc n'était pas valable. Ça va..."


Pour apporter de l'eau à son moulin, je me permet d'ajouter quelques arguments supplémentaires:


-l'arbitrage-vidéo n'est pas infaillible : la Coupe du Monde 1998 en France a vu se disputer un grand nombre de matchs, dont un Brésil-Norvège. Au cours de ce match, la Norvège a obtenu un penalty. Ces mongoliens-ordures de journalistes sportifs, qui ne loupent jamais une occasion de hurler leur haine contre les arbitres alors qu'ils sont tranquillement installés le cul sur leur fauteuil, se servent des ralentis et de leurs chères caméras qui semblent démontrer que l'attaquant norvégien a fait une simulation pour obtenir le penalty et donc que l'arbitre s'est trompé. Deux jours plus tard, un autre ralenti d'une autre caméra placée dans les tribunes disculpe totalement l'attaquant norvégien et l'arbitre injustement insultés pendant 48 heures en démontrant qu'il y avait bien eu un tirage de maillot et donc une faute. L'attaquant norvégien n'avait pas simulé, il n'était pas italien. :)


-les ralentis provoquent souvent des interprétations totalement opposées, même parmi des personnes qui n'ont pas une préférence particulière pour l'une ou l'autre des équipes. Les fautes discutables, les mains volontaires ou involontaires, les hors-jeu à la limite ne seront pas mieux jugés avec ou sans la vidéo car il existe une grande part de subjectivité dans la décision qui est prise.


-comme le dit Platini, une caractéristique et qualité essentielle du football - qui n'existe à la base ni dans le rugby, ni dans les sports américains (genre football américain) qui utilisent dorénavant la vidéo - est la continuité du jeu. Les interruptions incessantes pour consulter les images conduiraient à hacher le jeu et à couper le rythme. Donc à priver le football d'une de ses qualités principales, à le tuer dans son essence.


La résistance de Michel Platini au lobby des grands clubs, de la télé et des journalistes sportifs, qui rêvent d'arbitrer les matchs depuis leurs tribunes, est donc tout à fait respectable. Mais Platoche ne s'arrête pas là.

 


Revenir en partie sur l'arrêt Bosman


Si vous avez parfois le courage de me lire, vous le savez déjà, je considère que l'arrêt Bosman de 1995 - qui a notamment permis de supprimer la limite de 3 joueurs étrangers dans les clubs ce qui fait qu'aujourd'hui une équipe anglaise peut avoir aucun joueur anglais sur le terrain - a signé la mort du football ou plus modestement la mort de l'intérêt que je portais à ce sport.


En effet, à partir de son adoption, plus rien ne pouvait s'opposer au pillage des meilleurs joueurs étrangers par les clubs les plus riches ce qui a eu pour conséquence d'augmenter les inégalités dans le football des clubs, avec d'un coté quelques riches clubs qui ont atteint un niveau extraordinaire et de l'autre des clubs formateurs au passé prestigieux mais n'ayant pas d'argent et /ou issus de championnats modestes qui ont totalement sombré et disparu de la circulation.


Michel Platini ne propose pas de supprimer l'arrêt Bosman, il n'en a hélas pas le pouvoir, mais il souhaite apporter une réforme qui impose aux clubs d'avoir sur le terrain au moins 6 joueurs formés par leurs propres soins. Ca va dans le bon sens, celui de la réduction des inégalités dans le football de clubs.


Platini voulait aller plus loin en imposant aux clubs d'aligner 6 joueurs nationaux sur le terrain c'est à dire (si je sais bien compter) un maximum de 5 joueurs étrangers. Mais cette proposition a été refusée, devinez par qui ? Par cette pas chère UE, bien entendue, qui au nom de la liberté (dans le cas présent la libre circulation des travailleurs) est toujours dans le camp des inégalités, des riches et des puissants, contre les petits et les sans-grades !


Réforme de la Ligue des Champions


Enfin, Michel Platini a proposé de réformer la Ligue des Champions et notamment ses tours préliminaires à partir de 2009. Je n'entre pas dans les détails techniques mais cette réforme permettra à davantage de champions nationaux, et notamment à ceux issus de championnats mineurs, de pouvoir participer à la plus prestigieuse des compétitions européennes de clubs.


Toutes ces réformes sont intéressantes, vont assurément dans le bons sens même si elles me semblent insuffisantes pour pouvoir espérer retrouver le football de clubs qui m'a fait vibrer et qui a bercé ma plus tendre enfance (j'ai presque envie de verser une larme).


Il n'y a nullement besoin d'inventer un nouveau système, il suffit de revenir au système d'antan (réactionnaire ! passéiste ! fasciste ! idées périmées ! au fou !) avec :


-uniquement des matchs aller-retour à élimination directe


-3 coupes d'Europes, une réservée aux seuls champions nationaux de chaque pays (la Coupe des Clubs Champions ou C1), une autre pour les vainqueurs des coupes nationales (la Coupe des vainqueurs de coupes ou C2, qui n'existe plus actuellement et que même le PSG a remporté......c'est dire si le niveau de la compétition était faible mais il est bien de laisser aux petites équipes la chance de pouvoir remporter un trophée international), une dernière pour les équipes qui ont terminé à une place d'honneur (2ème, 3ème, 4ème,....) dans leur championnat national (la Coupe de l'UEFA ou C3)


-l'abrogation de l'arrêt Bosman, et donc la limitation à 3 du nombre de joueurs étrangers par club


On pourrait certes améliorer ce système d'antan en supprimant les pubs, en collectivisant les clubs,.......


Ca me fait bizarre de le dire, moi qui n'écrit habituellement que des billets pour insulter tout le monde, mais j'aime bien Platoche. Je crois qu'il voudrait sincèrement faire mieux mais qu'il ne peut pas, vouloir changer radicalement le Système de l'intérieur est une entreprise impossible.


 (*) A propos de Platini, voici un extrait d'interview qu'il a donné à l'Humanité en mars 2007 :

L’Humanité: Pendant votre campagne, vous avez été affublé de nombreux adjectifs: romantique, angélique… et même communiste !


Michel Platini: Quand certains disent effectivement que je suis un romantique du football, je le prends comme un compliment. Quand on me traite de communiste, je le prends aussi comme un compliment parce que, même si je ne suis pas communiste, cette idéologie véhicule des valeurs. Il y a un fort sentiment identitaire chez les communistes. Il y a du respect, ça me plaît. En revanche, je ne suis pas angélique.


J'ai de la sympathie pour Platini, Platoche m'est sympatoche.

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 01:59

Finale de la Ligue des Champions à Moscou : Roman Abramovitch, président russe de Chelsea, est de retour sur la terre qui l'a vu grandir et qu'il a pillé.


C'est avec la plus grande crainte que je regarde ce match opposant les clubs anglais de Chelsea et de Manchester United.


Crainte de voir Chelsea - club dirigé par le milliardaire russe d'origine juive Roman Abramovitch (dont la fortune est évaluée à plus de 20 milliards d'euros) - remporter pour la première fois la plus prestigieuse des compétitions de football de club.


Finalement, au terme d'un long suspense, Chelsea a échoué. Le scénario de l'échec le rend encore plus croustillant.


Alors que les deux équipes se quittaient sur un score nul de 1-1 après les 120 minutes de jeu (90 de temps réglementaire + 30 de prolongation), c'est la scéance des tirs au but qui devait décider de la direction qu'allait prendre la "coupe aux grandes oreilles".


Manchester a tiré 5 tirs au but et n'en a réussi que 4. Chelsea en a tiré 4 et réussi 4. Nous sommes donc à un score de 4 partout. Le dernier tireur de Chelsea (dont je ne connais pas le nom, on s'en fout) s'élance : s'il marque (il a 80% de chances de marquer, rien de plus simple que de marquer un penalty), Chelsea remporte la plus prestigieuse des compétitions européennes pour la première fois de son histoire. Le cauchemar va devenir réalité, je m'enfonce dans mon fauteuil, je suis désespéré.


Mais j'ai tort, le miracle se produit : alors qu'il arrive avec envie sur le ballon suite à une course d'élan bien négociée, le joueur de Chelsea glisse lamentablement et expédie le ballon à coté des cages !


A ce moment là, j'ai compris que plus rien ne pouvait arriver à Manchester, et Manchester l'a en effet emporté par 6 tirs au but à 5.


La défaite de Chelsea est dans une certaine mesure une défaite du sport-business dans ce qu'il a de plus abject.


Car Chelsea n'est pas un club de légende, c'est au contraire un club qui n'a aucune histoire et qui s'est construit depuis 5 ans grace aux centaines de millions d'euros investis par le chef mafieux oligarque russe Roman Abramovitch qui a obtenu sa fortune (comme quelques autres) en plongeant le peuple russe dans la misère la plus noire et auquel je souhaite comme à tous ses collègues les plus grands des malheurs et les plus sévères des punitions.


On me dira que Manchester est aussi un club plein de thunes ce qui est vrai. Mais Manchester est un club qui a une histoire de longue date, qui avait deja remporté la ligue des champions en 1968 (qui s'appelait alors coupe des clubs champions) c'est à dire à une époque où l'argent ne faisait pas encore tout dans le football. Manchester ne s'est donc pas seulement construit comme Chelsea sur un tas d'argent sale.


Chelsea n'a pas gagné la Ligue des Champions et ne la gagnera jamais car c'est un club qui ne le mérite pas. Chelsea ne rejoindra jamais le cercle très fermé des clubs légendaires qui ont gagné la plus prestigieuse des compétitions européennes, parmi eux le Benfica de Lisbonne, le Steaua Bucarest ou l'Etoile Rouge de Belgrade qui ont totalement ou partiellement disparu de la circulation suite au tragique et capitalo-mondialo-libéral "arrêt Bosman" qui leur enlève toute possibilité de pouvoir rivaliser avec les riches pillards capitalistes d'Angleterre, d'Italie ou d'Espagne.


Le football n'est que le reflet de notre société : triomphe de l'argent, argent-roi, fascisme du fric, victoire des méchants,......tout le reste est balayé, écrasé. Notre société est malade, elle a besoin d'un docteur à son chevet.

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 13:30

Dans une précédente note, j'avais dis qu'aucun athlète ne s'était prononcé contre le port du badge "Pour un monde meilleur" (au départ une idée de David Douillet, Romain Mesnil et autres blaireaux) lors des Jeux Olympiques de Pékin. C'est désormais chose faite avec Eunice Barber.


La quintuple médaillée mondiale (en saut en longueur et heptathlon) a ainsi déclaré :


"Je suis contre le boycott, le badge. Contre tout. Ce ne sont pas les affaires des athlètes. Il faut boycotter quand on signe des contrats de millions d'euros pour le business. J'ai un avis dur là-dessus, je ne porterai pas le badge. Humanitairement, ce n'est pas la France qui va donner des leçons à la Chine. Il y a tellement de +Noirs et d'Arabes+ qui se font +incendier+ en France. Là, les humanitaires ne se lèvent pas",

 

Evidemment, pour mieux faire passer son propos, elle y est allée de sa parole bien-pensante sur les "noirs et les arabes qui se font incendier en France" alors que la France est certainement l'un des pays du globe qui traite le mieux ses citoyens d'origine étrangère (qu'ils soient noirs, arabes ou autres).


Elle aurait pu se contenter de dire que les messages à caractère politique (donc ce stupide badge) n'avaient rien à faire dans une enceinte sportive, que la France comme tous les pays du Monde n'a en effet aucune leçon à donner à la Chine en ce qui concerne ses affaires de politique intérieure au nom du respect des principes de souveraineté nationale et de non-ingérence reconnus par le droit international. Mais non, il a fallu qu'elle se lance dans une délirante diatribe anti-française........


Elle ne s'arrête pas en si bon chemin :


"Pourquoi avez-vous donné (les JO) à la Chine ? C'est ça la question. Les Chinois, je les admire d'un autre côté. Ils sont en train de se développer. J'aimerais que les Noirs (les Africains) soient un peu comme les Chinois, qu'ils se développent, qu'ils achètent tout ce qu'ils peuvent acheter. Ils ne font que du business. C'est ainsi qu'on respecte les gens et les Chinois on les respecte car économiquement ils sont bien. J'ai envie qu'on leur donne leur chance",

 

D'abord elle a tout à fait raison sur un point : il n'y a eu aucun appel au boycott direct des JO de Pékin car bien que la Chine soit officiellement communiste, elle suit une voie économique purement capitaliste. A l'inverse, nombre de pays occidentaux (mais pas tous, il me semble que la France avait participé mais je ne peux le certifier) avaient boycotté les JO de Moscou en 1980 car l'URSS restait encore à cette époque un pays socialiste productiviste.

 

Elle a également compris qu'à partir du moment où un pays est riche et puissant, il devient respecté sur la scène internationale. Même chose à l'intérieur de chaque pays : si t'es riche, t'es respecté, t'as réussi ta vie,.....et autres balivernes du genre. Par contre, si t'as pas de pognon, t'es rien, t'es un raté, t'es une bouche inutile,......bref dans notre monde capitaliste moderne, la pauvreté est davantage stigmatisée que la couleur de peau ou la religion. Comme je l'avais deja expliqué, le grand danger d'aujourd'hui est le racisme anti-pauvre et le fascisme du fric.


Le problème, c'est que la bourgeoise capitaliste Eunice Barber tire de ce constat assez simple qu'il faut que les pays africains et tous les hommes rationnels n'aient plus que pour objectif de faire de l'argent, de consommer, de faire du business, de "réussir"......c'est à dire de partager comme elle des valeurs capitalistes et américaines.


En fait, comme la plupart des ressortissants des "pays du tiers-monde", Eunice Barber nourrit une relation paradoxale à l'Occident. Un mélange d'amour et de haine : d'un coté elle déteste les pays occidentaux dont la France dans leur version impérialiste parce qu'ils ont colonisé l'Afrique (ce qui est compréhensible) mais d'un autre coté elle admire le modèle économique capitaliste occidental basé notamment sur la consommation de masse et l'exploitation intensive des ressources naturelles en espérant que les pays africains comme la Chine le suivent......sans comprendre que ce modèle n'est que le résultat de l'actuelle colonisation occidentale du Monde et qu'il n'aurait jamais pu exister sans l'ancienne colonisation occidentale du Monde (le capitalisme s'est en effet développé en Europe et aux USA à partir du pillage de l'or des indiens et de la traite des noirs).


Il n'est au final pas surprenant qu'Eunice Barber ait décidé d'abandonner la nationalité sierra-léonaise pour adopter la nationalité française. Car pour que le système occidental de pillage des cerveaux et de main d'oeuvre (pour accroitre les profits) ou de pilage des sportifs (pour accroitre le nombre de médailles aux JO) fonctionne, il faut bien entendu l'accord des personnes pillées à leur pays d'origine. Et cet accord est facile à obtenir car ces personnes ne rêvent que de capitalisme. Parenthèse, il est dès lors particulièrement risible de voir les mouvements "communistes" et "révolutionnaires" (type L"CR", P"CF" et autres idiots utiles) considérer les français d'origine immigrée comme la principale classe révolutionnaire car ils ont au contraire en moyenne (en moyenne, il ne s'agit pas de généraliser) une mentalité encore plus capitaliste, libérale et individualiste que les français de souche.


Bref, d'un constat juste, Eunice Barber tire une conclusion mauvaise. Au lieu de détester l'Occident et notamment la France tout en admirant le modèle économique capitaliste occidental, elle devrait respecter une France qui serait débarrassée de toute prétention impérialiste et qui ne songerait qu'à défendre sa culture et son identité (car de la mêrme façon que les pays d'Afrique sont majoritairement des pays noirs comme elle l'admet et doivent veiller à le rester, la France est majoritairement un pays blanc et doit également veiller à le rester) et combattre un modèle économique capitaliste occidental qui va mener le Monde dans son ensemble à la catastrophe. Pourquoi à la catastrophe ? Vous le découvrirez bien assez tôt chers camarades car j'aurai l'occasion d'en reparler plus longuement dans un prochain billet.

Repost 0
Published by Julien B. - dans Sport business
commenter cet article

Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique