Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 18:19

 

 

   Tout d’abord  passons rapidement les formalités : je suis un jeune homme, lycéen, passionné d’Histoire, pratiquant la boxe et qui pourra jouir dans quelques semaines de sa majorité,et je vis dans le Sud-Est de la France.

 

   Mes idéaux pourraient se résumer au pseudo que j’ai choisis pour écrire des articles et qui expriment les 2 valeurs qui sont profondément ancrées en moi :

-  l’idéal égalitariste. Je prône une société collectiviste débarrassée du capitalisme, je suis donc communiste. A noter tout de même que je ne m’enferme pas dans la pensée marxiste et que je m’oppose à l’économie planifiée.

- l’attachement que j’éprouve envers mon  pays et son indépendance ainsi qu’à la République. Je suis donc un patriote Républicain.

 

   Maintenant permettez moi de vous narrer mon parcours politique et les choix qui m’ont amené à adhérer à Socialisme & Souveraineté :

   J’ai, comme nombre d'adolescents en quête d’identité, été militant du NPA … mais quelques mois auront suffit pour me convaincre d’abandonner l’aventure avec ces trotskystes dogmatiques.

 

   Les deux raisons de mon départ sont d’ailleurs simples : le vide programmatique  et le manque de rigueur politique. Ce sont d’ailleurs ces deux raisons qui m’ont amené à rejeter les partis d’extrême droite :  en effet même si la tentation pour la plupart des jeunes reste forte pour se rallier à des partis comme le Front National et autres jeunesses identitaires (bien implantés dans ma région PACA), je considère que la plupart de leurs analyses sont stériles et les problèmes qu’ils essayent de résoudre sont pour la plupart bien plus profonds qu’ils ne le laissent entendre. De plus, je ne retrouve pas au sein de ces partis le projet collectiviste qui m’anime et l’attachement aux valeurs républicaines.  Enfin, même si sur certains points, Alain Soral et son organisation Egalité et Réconciliation fournissent de bonnes analyses, je ne considère pas le conflit israélo-palestinien comme prioritaire et leur côté antisioniste obsessionnel me déplait fortement. Enfin comme vous devez vous en douter, il est inimaginable pour moi de rejoindre des partis vendus au système institutionnel et ne proposant que des aménagements au système (Parti Socialiste – UMP) ou encore des politiques de type social-démocrate (PCF)

 

   J’ai donc écarté tour à tour les différents partis et « erré » plusieurs mois à la recherche d’une organisation sérieuse conciliant le socialisme, l’esprit républicain  et prônant une certaine idée de l’indépendance de la France avant de tomber  sur le blog de Socialisme & Souveraineté. J’ai d’abord étais sceptique  mais de nombreuses discussions avec les adhérents m’auront finalement rassuré et convaincus de la solidité du projet, notamment au niveau de la sortie nécessaire de l’Union Européenne.  C’est donc avec plaisir, que depuis Juin, je participe de façon hebdomadaire à l’écriture d’articles sur le blog, mais également aux réunions  qui permettent la construction d’un journal. D’ailleurs à travers cette présentation personnelle j’encourage tout les jeunes qui sont lucides face  aux problèmes actuels et qui ne se retrouvent pas dans les gros partis à vous joindre à notre parti qui est, c’est vrai, au stade embryonnaire mais qui est amené à grossir. Une nouvelle voie est possible, construisons là ensemble ! 

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Présentations individuelles
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:18

 http://img820.imageshack.us/img820/2222/rduction2010.png

  Mon vrai de vrai nom (enfin à vous d’y croire ou non) est Pablito. Mon âge est…enfin non, n’en parlons pas…bon allez, autour du quart de siècle.

 
   Mon existence donne raison aux marxistes sur un point : la dialectique. Dans ma famille, des gens sont passés de soixante-huitards à déçus du mitterandisme, puis électeurs RPR, voire FN. J’ai été moi-même plutôt de drouate dans ma prime adolescence, avant de devenir gôchiste dans mon adolescence tardive. Quand, le 21 Avril 2002, je vois la tronche de Le Pen apparaître aux cotés de celle de Chirac à 20 heures, je brandis le poing et chante  « Hasta Siempre ! » et crie « No pasaran ! ». Et je manifestai pour que les abstentionnistes ne laissent pas les bulletins chiraquiens dans les urnes seuls face aux bulletins lepénistes. De peur qu’ils ne s’allient. Huit ans après, j’aurais plutôt tendance à rire si je revoyais le même spectacle télévisé. Mais pour l’époque, je restais fermement gôchiste, jusqu’à ce que j’encaisse quelques solides baffes en forum face à des libéraux. Des libéraux cons, certes, mais les gauchistes le sont encore plus, et j’étais un très bon gauchiste à l’époque. Je ne devins pas libéral, mais compris que les questions économiques étaient un peu plus complexes que ce qu’en disaient Charlie Hebdo ou Rouge. J’essayais de faire partager ce sentiment en expliquant par exemple à des militants LCR l’importance de réduire les gaspillages publics, ce qui revenait à peu près à apprendre à une baleine à voler.

 

   Finalement, après avoir confié mes premiers bulletins de vote au facteur de Neuilly, je réalisai que j’avais gâché ma première fois, lorsqu’en 2004, je vis que cela ne donnait rien, et qu’en plus ledit postier s’en foutait pas mal, en fait, tout comme Papa Krivine. Alors je me reportais sur le PCF, car plus que gôchiste j’étais communiste, et en plus de cela patriote, partisan du socialisme dans un seul pays et selon la volonté du pays. Stal, patriote, donc rouge-brun, national-socialiste…si vous venez de faire ces amalgames, demandez-vous si c’est pour rire, ce qui serait normal, ou si vous le pensez réellement, auquel cas je crois qu’une greffe de neurones sera nécessaire. Je n’ai jamais été stalinien, ait toujours reconnu les méfaits de masse et l’ineptie du régime économique mis en place dans les régimes à l’Est du « Rideau de Fer ».

 

    Mais j’ai une fâcheuse habitude de dire que ce n’est pas parce qu’une version d’un projet a échoué qu’une variante nettement modifiée ne réussira pas. Le socialisme sur lequel je mise ne peut être qu’issu des urnes (ce pourquoi je suis assez psychorigide sur le respect des résultats électoraux, même quand ils me déplaisent, contrairement à d’autres qui n’hésitent pas à exiger la fin d’un gouvernement dès que ses sondages sont dans le rouge), et n’inclut pas la planification. Je sais déjà que les libéraux de France, de Navarre, de tout l’espace plus ou moins francophone et ceux à qui on aurait fait la traduction de ce texte se bidonnent déjà, sur l’air de : « Ooeh, l’autre, il croit encore en ‘l’autre socialisme’ ». Ouais, comme vous-mêmes expliquez que la crise financière de 2007-2008-et-après n’a rien à voir avec le libéralisme, voyons, que ces USA jadis vantés pour leur réussite libérale n’étaient en fait pas si libéraux que ça, et que cette crise a eu lieu parce qu’on n’avait pas le vrai de vrai libéralisme.

 

    Où en étais-je dans ma biographie ? A mon ralliement au PCF après 2004. Ben ça a duré depuis, et je suis en cours de divorce. Avec l’avantage qu’il n’y a pas d’enfants, donc pas de garde à se partager (en même temps, avoir des enfants avec le PCF, vu son âge, bon hein…). Divorce par consentement mutuel, et aussi pour faute de ma part, en raison de mes infidélités au PCF commises avec le patriotisme. Non pas que le PCF ne soit pas patriote, loin de là. Mais il est le fervent défenseur d’un pays qui selon lui est apparu en 1789 puis né une deuxième fois (la France serait donc born again ?) en 1945. Sans oublier que de temps à autres le patriote PCF situait parfois la France qu’il chérissait à Moscou – petite pique gratuite et sans mauvais esprit, l’anticommunisme n’est vraiment pas le genre de la maison. Le patriotisme avec lequel la faute eut lieu a plutôt tendance à considérer que la France a dix à douze siècles d’histoire, qu’elle n’est pas qu’une terre de migration, qu’elle a quand même une identité culturelle historique dont je ne définirai pas dans cet article les traits essentiels, des fois que je me prendrais des balles Sopo-rifiques de SOS-racisme ou qu’Aounit viendrait me mettre des coups de MRAPière. Cette France, on l’aime ou pas, on la quitte si on veut, mais j’ai tendance à penser que le nombre de gens qui préfèrent y rester ou y venir reste un peu supérieur aux armées d’héroïques résistants qui rendent leur carte d’identité en raison de leur « honte d’être français », leur honte de vivre dans un pays « raciste », moisi, rance et "nauséabond".

 

    Je ne suis pas « fier » d’être français. Je le suis, point barre. Donc je défends ce pays. J’ai une patrie, comme en ont les prolétaires, n’en déplaise à Karl.

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Présentations individuelles
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:08
http://bdaugherty.tripod.com/normandie/flag.gif

      Présentation


      Celine76, 22 ans, célibataire, sans enfants, étudiant en droit (sans doute plus pour très longtemps) et demeurant en Seine-Maritime.


      La raison pour laquelle je suis à Socialisme et Souveraineté : mettre fin à l’exploitation de la majorité de la population française ; unité, solidarité, fierté et indépendance française.

Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 06:39

Mon origine sociale :

Je suis issu d'une famille de fonctionnaires, sympathisants de gauche, libertaires et agnostiques.

Mon parcours :


M'intéressant depuis toujours à l'histoire, et faisant preuve dans mon adolescence d'un athéisme militant, mes premières convictions politiques sérieuses furent celle du communisme. M’intéressant vivement aux expériences socialistes des pays de l'Est, j’admirais notamment leur athéisme constitutionalisé.

L'intérêt porté à partir de la classe de terminale aux questions économiques et sociales, en plus de l'histoire géographie, me renforcèrent dans cette voie.

Et quelques années plus tard, c'est en me revendiquant marxiste-léniniste que je participais, en tant qu'étudiant en droit, au mouvement anti-CPE.

Une fois le souffle du mouvement éteint, je décidai de mettre en application contre mes propres idées politiques le fameux principe "d'autocritique", cher aux marxistes, et je me rendis progressivement compte des ruptures importantes de cette pensée avec le réel. Je fis une analyse sérieuse du rôle des dogmes léninistes dans l'échec non seulement politique du modèle soviétique, mais également économique, ayant produit ce froid et triste monde d'après guerre froide, dans lequel je suis obligé de vivre.

Le fanatisme idéologique propre à l'adolescence passé, je me retrouva dans la situation de nombre des mes concitoyens : sans convictions précises, dans un certain brouillard, bien que toujours très critique du capitalisme et de sa doctrine économique dominante en ce début de siècle : le néo-libéralisme.

C'est alors que je découvris, par le biais des interventions télévisées du journaliste Eric Zemmour, l’antilibéralisme « de droite ». C'est avec un certain plaisir que je me mis à écouter notamment des personnes comme Alain Soral, à l'époque où il n'était encore qu'un écrivain aigri, dissident du parti communiste muté, fossoyeur du politiquement correct et de la bien-pensance trostko-sociétale. Je suivis avec attention le parcours politique du personnage, jusqu'à son ralliement au Front National, qui fut pour moi une déception.

Des années-lumière me séparant du FN et de sa doctrine, je ne pus que déplorer vivement cette tactique politique désastreuse et idéologiquement contradictoire, et je décidai de voter José Bové aux élections présidentielles de 2007, pensant oeuvrer ainsi à une union des « forces progressistes ». Cela bien évidemment, sans aucun enthousiasme, et sans porter trop attention aux dérives sociales-démocrates et mondialistes du discours porté par cette partie de l'échiquier politique.

Et c'est également sans aucun enthousiasme, traînant les pieds, que je votai Ségolène Royal au second tour, afin de barrer la route au représentant des Etats-Unis en France.

Mes convictions :

Aujourd'hui, si je devais me qualifier politiquement, je dirais que je suis socialiste, car prônant un changement de mode de production vers le socialisme, son mode de fonctionnement et de mise en application devant être néanmoins radicalement différent de la planification soviétique, et guidé par le pragmatisme.

C'est en tant que libéral politique et démocrate que je me réfère à la révolution de 1789, et que je m'oppose de ce fait aux dérives autoritaires du pouvoir UMP, et à la dégénérescence de notre démocratie depuis quelques décennies. Cela me conduit à défendre la liberté de la presse, la séparation des pouvoirs et le droit, et à être spontanément écoeuré par toute forme de censure.

C'est en tant que souverainiste que je m’oppose à toute structure supra-nationale imposant aux peuples du monde et au notre toute politique qu'il n'a pas décidé lui-même, et toute tentative visant à détruire les identités des peuples, et la richesse culturelle de notre planète.

C’est également dans cette optique, teinté de gaullisme que je prône une politique étrangère qui soit dans les intérêts de notre pays, tant que ceux-ci ne nuisent pas aux intérêts des autres peuples.

C'est en tant que laïque, que je prône l'anti-communautarisme, et plus globalement tout ce qui peut restaurer la fraternité et la cohésion sociale et identitaire du peuple Français.

Et c’est avec un relatif libertarisme que je me penche sur les questions sociétales (je n’ai pas souvent d’avis tranchés sur ces questions en réalité, qui prennent de toute façon bien souvent une importance démesurée par rapport aux autres).

Voilà d'où je viens, quelles sont les grandes lignes de mes idées, et voilà par conséquent pourquoi je participe à Socialisme et Souveraineté.

Repost 0

Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique