Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 19:08

     Notre premier numéro bimensuel parait enfin, avec neuf jours de retard, du fait du travail intense qu'il a représenté. Conformément à l'annonce du plan de notre programme, il expose les sujets sur la sortie de l'Union Européenne, de l'OTAN, la récupération de notre monnaie nationale, sur le nouveau modèle économique que nous souhaiterions mettre en place, ainsi que les réformes sur la santé, les retraites, les administrations...

 

      Le journal est disponible :

 

- sur Issuu:

http://issuu.com/pablitowaal/docs/journal_soc_et_souv_n7

 

- sur Calaméo:

 

http://www.calameo.com/read/0004559754af86b7fd008

 

- en téléchargement sur fichier-pdf :

 

http://www.fichier-pdf.fr/2011/05/09/journal-au-8-5-2011/#

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Journal Socialisme&Souveraineté
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 22:49

 

      La section PCF de Hendaye (64) a publié aujourd'hui cette analyse du projet de loi constitutionnelle sur l'équilibre des finances publiques. On y retrouve l'attitude générale du PCF et du Front de Gauche vis-à-vis de l'austérité : un refus en bloc, et tant pis pour le déficit public à 6% du PIB (un niveau supérieur aux intérêts, ce qui signifie qu'on ne peut même pas tout mettre sur le dos des banquiers...), et la dette publique qui se dirige sûrement mais pas lentement vers les 90% du PIB...

 

     Cependant, ce texte est intéressant, car il met en lumière des points forts litigieux de ce projet de loi : soumission accrue de notre pouvoir budgétaire face à la Commission Européenne, obligation d'équilibres budgétaires imposés d'une année sur l'autre et même par delà les changements de majorité politique...

 

     Dans le programme de Socialisme & Souveraineté sur la monnaie, bientôt publié via ce blog, le gouvernement d'une France souveraine doit avoir le droit au déficit, et pouvoir le financer par la création monétaire, mais seulement sur acceptation du peuple lors d'un référendum. Le scrutin, s'il est validé, peut légitimer des dépenses exceptionnelles et l'émission de monnaie, mais à condition que des excédents sur d'autres années fassent que l'équilibre soit obtenu sur une période précisée dans la question posée aux électeurs (par exemple cinq ans), et que les émissions de monnaie soient compensées par les remboursements à la Banque de France. En cas d'échec, un impôt exceptionnel remettrait les comptes en place, tout en cassant le crédit du gouvernement (actuel ou précédent).

 

     Ainsi la création monétaire serait réellement sous contrôle démocratique, le gouvernement serait tenu à une rigueur à terme sans être interdit d'ordonner des dépenses exceptionnelles si les circonstances l'exigent.

 

L'article de la section PCF de Hendaye :

Équilibre des finances publiques. Le projet dans le texte.

 

Les six points-clefs du projet de loi constitutionnelle en cours d'examen à l'Assemblée Nationale...

 

http://www.pcfhendaye.fr/equilibre%20des%20finances.html

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Actualités économiques et sociales
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 21:03
    
     "L'arrogance des Irlandais" ces mots, lachés par Eva Joly, nouvelle venue dans le paysage politique Français et prétendante à la présidence, permettent d'identifier clairement sa position sur le respect de la démocratie, des souverainetés nationales vis-à-vis de l'Union Européenne.

     Cette intervention s'inscrit dans la continuité de celle de Jacques Attali présente ci dessous. Ainsi face à un groupe de puissances qui ne cache plus son objetif de domination, répondons par le rassemblement d'un front véritablement souverainiste et qui se donne pour objectif  la sortie et la dénonciation de la construction européenne comme le processus de soumission des nations par les Etats-Unis.

 

Aequitas .

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Sortir de l'UE
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 20:13

 


     Cette affirmation est particuliérement indigeste quand l'actualité nous apprend qu'au même moment,  le déficit public grec, estimé à 9.4% du PIB en 2010, va être réevalué à 10.5%, selon Eurostat. (1)

 

     En tout cas le mot est laché :  "canton"  . L'objectif est alors évident, détruire les états nations et souverains pour les intégrer dans un ensemble régional fédéral et libéral. Cette logique s'inscrit dans le cadre d'une gouvernance globale prônée par Attali et qui sera soumis à notre étude dans le cadre d'une série consacrée à la dette publique. Ainsi, à ceux qui doutaient encore de la pertinence du traitement de cette thématique, nous répondrons que cet épisode montre les méfaits que la détérioration de la dette pourrait avoir sur la souveraineté des états.

 

     Pour finir, il ne nous reste plus qu'à répondre par un autre mot : Résistance.

 

(1) Pour avoir une analyse complète de ce chiffre, nous vous invitons à consulter cet article : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-deficit-de-la-grece-plus-important-que-prevu_254024.html

 

Aequitas .

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Sortir de l'UE
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 15:35

     NB: Cette série à pour but d'informer les lecteurs à propos du problème de la dette publique. En effet, suite aux nombreux effets d'annonces des différents gouvernements, il est intéressant d'analyser les résultats obtenus et les alternatives proposées. Pour une information complémentaire et qui permet une meilleure compréhension du sujet (de par la définition de certains termes etc..), nous vous invitons à consulter notre premier numéro (1) qui traite de la dette publique en France.

 

     Ce premier épisode compare la situation de la France aux autres pays de l'Europe ( UE et Hors UE).

 

1) La situation des pays de l'Union Européenne

 

     En 2009, selon Eurostat, les déficits publics les plus élevés, par rapport au PIB, ont été observés, dans l'ordre en Grèce (-15,4% du PIB national), en Irlande (-14,4%), au Royaume-Uni (-11,4%), en Espagne (-11,1%), en Lettonie (-10,2%), au Portugal (-9,3%), en Lituanie (-9,2%), en Roumanie (-8,6%), en Slovaquie (-7,9%), en France (-7,5%) et en Pologne (-7,2%). Aucun État membre n'a enregistré un excédent public en 2009. Les plus faibles déficits ont été enregistrés au Luxembourg (-0,7%), en Suède (-0,9%) et en Estonie (-1,7%). Au total, vingt-cinq États membres ont enregistré une détérioration de leur déficit public exprimé en pourcentage du PIB en 2009 par rapport à 2008, et deux (l'Estonie et Malte) une amélioration. Le déficit public des pays de l'Union Européenne est passé de 61,8% en 2008 à 74% en 2009. Il n'y a donc pas de  "dynamisme" créé par l'Union Européenne puisque quatorze États membres de l’UE affichent une dette publique supérieure à 60 % du PIB .

 

 

2) La situation des pays Hors Union Européenne :

 

     Malgré tout ce phénoméne ne touche pas que les pays de l'UE : en effet, même si la Norvége a réduit sa dette publique en 2009 (passant de 50,2 % en 2008 à 44,1% en 2009), l'endettement public de la Croatie est passé de 28,9% du PIB en 2008 à 35,3% en 2009, tout comme celui de la Turquie qui était de 39,5% en 2008 puis de 45,4% en 2009. D'ailleurs, grâce à ce tableau nous pouvons constater que la France est dans la moyenne des pays, ayant une dette publique supérieure à 60 %.

     

 

 

3) La situation de la France:

 

     Ci-dessous, ce tableau nous permet d'avoir des constations intéressantes. En effet, même si les prévisions semblent très optimistes puisqu'elles supposeraient des efforts jamais réalisés depuis 50 ans pour réduire le déficit public, il semblerait que celui-ci va progressivement baisser avant d'atteindre en 2013 le plafond autorisé par Bruxelles (3% du PIB). Par contre, cet optimisme est à nuancer, puisque même si le service de la dette deviendra pour la première fois la principale dépense du pays en 2012, sa réduction drastique semble difficile à court terme comme nous pouvons en juger par le difficile recul prévu du déficit entre 2012 et 2014.

 

          Evolution des déficit et dette publics de la France de 2007 à 2014 selon les prévisions du gouvernement

 

     Ainsi pour conclure sur cette première partie très chiffrée, nous pouvons noter que les problèmes du déficit public et de la dette ne sont pas inhérents à la France. Cependant pour résoudre ce problème, différentes solutions sont mises en oeuvres, solutions que nous aborderons dans un 2éme épisode.

  1. Voici le lien pour consulter le premier numéro : http://www.socialisme-et-souverainete.fr/ext/http://www.fichier-pdf.fr/2010/09/15/nisb32k/Journal%20SS%20au%2014%209%202010%282%29.pdf


Aequitas.

 

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Actualités économiques et sociales
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 20:00

     Le Parti Socialiste a récemment publié son programme. On aurait pu penser à le commenter, ...mais nous avons préféré d'autres activités plus sérieuses. Car il suffit de lire quelques propositions pour ne plus avoir envie de commenter.

 

     L'une des plus emblématiques, et qui malheureusement est populaire auprès des français, c'est la proposition d'encadrer et bloquer la progression des loyers. Une initiative apparemment populaire, surtout quand on pense à tous ceux qui galèrent à payer leurs loyers, ou à trouver un logement.

Mais qui n'en est pas moins une pure connerie démagogique.

 

     Et le pire, c'est que Miss-47% en redemande sur les prix de "50 produits de base". Décidément, le jour où Marie-Antoinette Royal aura quelque chose d'intelligent et non-trivial à dire, il faudra nous appeler.

 

     Mais pourquoi, nous direz-vous, mais pourquoi ne pas être d'accord? Le blocage des prix, n'est-ce pas répondre aux attentes de notre peuple (ou pôple, comme dirait Marie-Georges) ?

 

Et bien...

 

Pas.

 

Du.

 

Tout.

 

     Toute personne qui a fait un minimum d'études de l'économie générale sait que, en général, comme les histoires d'amour, les contrôles de prix par l'Etat finissent mal, du moins si les biens et services concernés sont vendus par des entreprises privées.


     Pourquoi?

 

     Parce que si les prix montent, c'est parce qu'il y a des raisons bien précises. Et qui ne se résument pas à : "Un triste jour, les entrepreneurs et les bailleurs, qui sont vraiment trop méchants, décident de monter les prix pour faire chier le monde et s'en foutre plein les poches, gniark gniark".

 

     Non pas que les entrepreneurs et les bailleurs ne cherchent pas à s'enrichir, bien sûr. Mais lorsqu'ils montent les prix, normalement, vous devez pouvoir chercher ailleurs si une entreprise propose la même chose à moins cher. Et en général, vous en trouverez, sauf:

 

     - s'il y a une raison objective, autre que la pure méchanceté généralisée, à la hausse des prix: parce que les taxes ont augmenté, parce qu'une matière première ou un intrant importé est devenu plus cher, parce que des catastrophes ont entravé la production, etc... et que les producteurs doivent récupérer leurs marges en vendant plus cher;

 

     - s'il y a des règlements qui rendent la production difficile, donc on augmente les prix pour combler le risque de perte ou faire la même marge en vendant moins;

 

     - s'il n'y a pas de concurrence. Que vous êtes coincé entre quelques offreurs, qui peuvent facilement s'entendre entre eux, ou face à un monopole. A la limite, si le monopoliste est une entreprise publique, l'Etat peut le subventionner pour baisser ses prix. Mais ça ne garantit pas que la production soit abondante et de qualité.

 

Si ces cas se produisent, et que l'Etat réagit en disant : "je bloque les prix!", que se passe-t-il?

 

     Et bien les producteurs ne peuvent plus récupérer leurs marges (sauf si on est dans le cas de l'absence de concurrence). Donc ils arrêtent de produire. Ou alors ils utilisent des astuces vieilles comme le monde. Et qui s'appellent:

 

     -le marché noir : concrètement, si l'on bloque les prix de "produits de base", attendez-vous à voir fleurir des arrières boutiques où vous serez mieux servi, en biens de plus grande qualité. Mais pas au prix officiel....

 

     -la fausse innovation: si le prix du lait est bloqué, et pas celui de la lessive, un magasin aura la brillante idée d'inventer la "lait-ssive", c'est-à-dire un lot contenant des bouteilles de lait attachées à une boîte de lessive. Et le prix du lait imposé sera respecté, mais celui de la lessive aura comme par hasard explosé. Et, comme par hasard encore, vous ne trouverez plus de lait dans le magasin, seulement de la "lait-ssive".

 

     Notons que même dans le cas où il y a peu ou pas de concurrence, juste quelques entreprises privées qui se partagent un marché, et où l’Etat imposerait des prix, réduisant les marges sans les annuler, les entreprises oligopolistes pourraient toujours s’entendre pour pratiquer les méthodes décrites ci-dessus…

 

     On aura bien sûr ceux qui diront "et bien on contrôlera tous ces abus!". Que c'est mignon. Ca n'a bien sur jamais été tenté, et les fraudes susmentionnées n'ont jamais percé les mailles du contrôle étatique, bien sûr... Et les mêmes viendront ensuite dénoncer l'Etat-policier...

 

     Et pour les logements ?

 

     Pareil. Les prix demandés par les artisans et le BTP augmenteront, mais pas les loyers. Les bailleurs potentiels, voyant leur marge se réduire, renonceront à construire des logements, ou à mettre en location ceux qu’ils possèdent. Et on dira qu’il manque des logements, et on dénoncera les logements vacants spéculatifs, et on dira que l’Etat ne construit pas assez de logements sociaux, etc…

 

     Pour le cas de l’essence, c’est un peu différent. Le prix de l’essence est constitué essentiellement de taxes. On peut le bloquer en modulant les taxes lorsque le prix du baril monte (ce qui s’appelle la « TIPP flottante »). Problème : ça saborde une grosse recette fiscale de l’Etat. Manque de bol, alors que les déficits, comme les prix, ont bien monté…Et on dira encore que c’est la faute au bouclier fiscal, aux exonérations d’impôt, etc…Et ce ne sera pas complètement faux.

  

     Il se peut que notre discours surprenne le lecteur, qu’il ait l’impression de lire un article libéral. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Déjà, précisons que bloquer les prix, ça n’est pas du tout du socialisme, puisqu’on ne touche pas à la propriété privée. Ce n’est que du capitalisme encadré par l’Etat, du bon vieux étato-capitalisme qui réussit si bien à la France. Précisons aussi qu'être pour l'abolition de la propriété privée des entreprises ne signifie nullement être contre les échanges marchands, les prix libres, et pour la planification: une économie marchande d'entreprises publiques et de coopératives en concurrence, c'est déjà du socialisme, n'en déplaise à certains.

 

     Il faudrait surtout que ceux qui supportent le blocage des prix se décident. Soit l'on accepte l'économie de marché, ou du moins l'économie non-planifiée, et l'on accepte que les entreprises se battent pour vendre plus qu'elles n'achètent. Soit alors on veut une économie où l'Etat peut dire à une entreprise combien elle doit vendre, et dans ce cas, puisque l'Etat a pris cette responsabilité, alors il doit également assumer celle que l'entreprise soit ou non en déficit. Et à terme, ça s'appelle une économie planifiée.

 

     Il ne sera pas question d’entamer ici une programmatique sur le logement, sujet fort complexe, mais juste de rappeler une chose : si l’on veut contrecarrer l’inflation, les meilleures solutions, ce sont :

-       Augmenter l’offre, par exemple avec un système économique qui permette davantage de création de richesse ;

 

-       Diminuer la demande, par exemple pour l’essence, en réduisant par exemple les transports inutiles ;

 

-       Mutualiser la consommation, par exemple pour la location de logements, afin que les locataires soient en position de force face aux bailleurs et constructeurs, et puissent négocier avec eux des prix de gros, les offreurs de logement gagnant l’assurance de loyers stables (un tel sujet nécessiterait cependant davantage de développements).

 

     En prônant le blocage des prix, les énarques qui dirigent le PS montrent soit leur incompétence crasse, soit qu’ils prennent l’électeur pour un idiot. Quoiqu’il en soit, dans certains cerveaux, soit au niveau des performances ou de l’honnêteté, les blocages sont là depuis longtemps.

 

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Actualités économiques et sociales
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 21:40

Tribune libre de Pablito Waal

 

       Cet article peut être extrémement polémique. Le blogueur Laurent Pinsolle a publié le 14 Avril un article dénonçant le mythe selon lequelle la population française "de souche" (blancs, de culture catholique, ou chrétienne en général ou juive, parlant des langues romanes d'oïl ou d'oc, ou d'autres langues régionales autochtones) serait mise en minorité à moyen terme (au cours du XXIème siècle) par l'immigration, notamment africaine.

 

       Laurent Pinsolle a le mérite de prendre de front une des thématiques fondamentale du Front National et des Identitaires. C'est bien plus respectable que de se boucher le nez comme le fait le reste de l'intelligentsia médiatique française. Mais il le fait en cumulant quelques inexactitudes. Son article lui a valu des tombereaux d'injures sur les sites identitaires, notamment Fdesouche, injures complètement imméritées. J'ai préféré corriger en commentaires quelques points de son argumentation. Mon but n'est nullement de servir la soupe au FN, mais de dire que, si Pinsolle a raison de vouloir traiter ce sujet, il faut encore tirer de bonnes conclusions, pour ne pas laisser le monopole de l'action à l'extrême-droite.

 

       Même si mon article n'engage que moi, Socialisme & Souveraineté a inclu, dans le plan de son programme, la lutte pour défaire les ghettos ethniques et pour une régulation plus responsable des flux migratoires, tout en combattant les discriminations ethniques.

 

       L'article de Laurent Pinsolle :

 

Immigration : le grand mythe de la substitution

       C’est une petite musique traditionnellement véhiculée  par le Front National et le MPF de Philippe de Villiers et plus dernièrement par Claude Guéant : l’identité de la France serait menacée par l’immigration musulmane. Un fantasme qui ne résiste pas une seconde à l’analyse.

 

       Le fantasme des identitaires

 

      Certaines personnes pensent sincèrement que notre pays est littéralement envahi par des immigrés qui vont finir par se substituer à la population d’origine. Mais cela vient souvent d’un problème de comptage. Ils raisonnent souvent comme si tous les immigrés étaient d’origine africaine et y ajoutent les personnes naturalisées (déjà comptées). Pire, ils maîtrisent mal l’évaluation des flux, comptant 200 000 immigrés de plus tous les ans alors que le solde net est 2 à 3 fois inférieur.

 

La suite sur son blog. 

 

Mon commentaire :

 

       Bon, allez, je me fais un peu l'avocat du diable...

      Laurent Pinsolle, vous dites que l'immigration nette est 2 à 3 fois inférieure à l'immigration brute, donc de l'ordre de 60 000 personnes. Les chiffres du site de l'Université de Sherbrooke (je n'ai pas de chiffres INSEE ou INED, l'émigration partant de France est fort peu médiatisée) ne vous donnent pas raison...

 


       En divisant par cinq les chiffres quinquennaux des années 2000, on trouve une immigration nette (immigrants - émigrants, intégrant aussi bien les français de souche qui s'expatrient que les immigrés quittant la France) de 140.000 par an.


       Et je me permets de supposer qu'alors que l'immigration est fort peu européenne (20 à 25% de l'immigration brute annuelle), l'émigration doit être plus souvent constituée de français de type européens qui s'expatrient. Donc l'impact sur la composition ethnique de la France est plus important que le chiffre de 140.000 peut le laisser penser. Mais ça reste une supposition personnelle.

      Ensuite, sur la fécondité, 20% des naissances ont au moins un parent étranger. Bien sûr, parmi ces étrangers, il peut y avoir des européens. Mais leur natalité est moins forte que celle des africains, même si, et vous avez tout à fait raison de le souligner, la fécondité du continent noir baisse.


       Mais notons que le chiffre de 20% ne baisse pas depuis 1994 (il est même passé de 19% à 21%). Bien sûr, on pourrait se réjouir que la part des naissances de parents mixtes (1 français-e, 1 étranger-e) progresse, mais derrière ces couples "mixtes" il y a nombre de couples où le parent français est immigré naturalisé ou enfant d'immigrés.


       Rassurez-vous, loin de moi l'idée que les immigrés naturalisés et leurs enfants ne seraient pas des français. Ils le sont en droit et de façon irrévocable (sauf s'ils choisissent de ne plus être français). Mais je distingue cette réalité légale d'une réalité ethnique (qu'on veut absolument camoufler en France, qui serait le seul pays au monde où les ethnies n'existent pas), qui elle est modifiée par cette répartition ethnique. Pour moi, le terme "français de souche" n'est pas une abomination. Et même pour les naissances de couples culturellement mixtes (français de souche + personne dont les origines sont principalement étrangères), il se peut que l'enfant ne se sente pas culturellement français, et se rattache à la culture de ses ascendants étrangers. Ensuite, parmi les 80% de naissances franco-françaises, il y en a qui sont culturellement mixtes, d'autres où les deux parents sont culturellement non-français de souche...

       Troisième point: la composition de l'immigration d'origine africaine. Oui, la fécondité des maghrébins baisse, et "s'européanise" (la Tunisie et l'Algérie imitant les contre-performances de certains pays européens). Alors qu'en Afrique noire, la fécondité, bien qu'à la baisse, est toujours haute. Mais je pense que l'immigration africaine, qui est tendanciellement croissante, va devenir de plus en plus "noire". Ce ne sont pas que des suppositions: cf. cette page, et plus particulièrement le fichier csv proposé en dessous du tableau. Les raisons en sont: les pays d'Afrique connaissent, bon an mal an, un réel décollage économique pour la plupart d'entre eux. Leurs habitants restent très pauvres par rapport aux européens, continueront pour longtemps de vouloir émigrer, mais auront un peu plus de moyens pour le faire. Donc nous aurons une immigration africaine plus forte (34 000 en 1994, 90 000 en 2008, avec un pic à 100 000 en 2003), et les maghrébins de moins en moins féconds seront remplacés par des subsahariens dont la transition démographique prendra plus de temps.

       Donc, pour finir: je pense que vous sous-estimez l'immigration nette, en plus de la différence de composition ethnique entre émigrants et immigrants. Ensuite, que vous sous-estimez la part des immigrés non-européens et de leurs descendants nés en France mais qui restent ethniquement non-européens dans la natalité. En plus de cela, si comme vous je pense que les immigrés africains et leurs enfants n'expliquent pas à eux seuls la natalité relativement haute (par rapport à l'Europe) en France, en revanche, sans ces immigrés, la fécondité des français de souche est inférieure à 2 enfants par femme en âge de procréer, donc nous allons vers une diminution de cette population.

        Mais je dis ça en n'étant nullement convaincu que les non-européens deviendront majoritaires en France. La baisse de la fécondité se fera, et, après avoir connue son apogée, l'immigration africaine baissera lentement. La question est quand. Et je ne crois pas à votre chiffre de 6 à 7 millions de personnes d'origine africaine sur 80 millions d'habitants en 2060. Je pense que l'ensemble de la population d'origine africaine et nord-africaine atteindra probablement un 15-20% de la population totale au cours du siècle (ne serait-ce qu'en se basant sur les nationalités des parents des nouveaux-nés). Le vrai problème, comme l'ont soulevé plusieurs commentaires, c'est leur concentration locale et leur adhésion à la nation française. Après, je ne vais pas faire de comparaison avec des situations yougoslaves, car cela me rapprocherait trop des discours identitaires...mais c'est arithmétiquement envisageable.

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans National
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 23:42
L'actualité par thème des dernières 48 heures
Economie générale
Vidéo : Croissance or not croissance, is that the question ? http://www.alternatives-economiques.fr/
Quand le prix du boeuf augmente, les Français achètent du porc  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Etat & économie
Vidéo : rencontre avec Thomas Piketty autour de la révolution fiscale  http://www.alternatives-economiques.fr/
Extrême-Orient
L'ambassade du Japon a t-elle été attaquée pour avoir contribué à la transparence ?  http://www.decapactu.com/
La Chine demande à l'Europe d'accroître ses efforts de rigueur  http://www.leparisien.fr/
Institutions
La justice égyptienne dissout l'ancien parti de Hosni Moubarak  http://fr.reuters.com/
International
Communiqué du Comité Valmy Guerre civile en Côte d'Ivoire : -Pour une commission d'enquête parlementaire http://www.comite-valmy.org/
La France suscite l'inquiétude du G20  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Le chef de l'opposition serbe en grève de la faim  http://fr.reuters.com/
Matières premières
Le gouvernement peut-il bloquer le prix de l'essence ? http://tempsreel.nouvelobs.com/
Politique française
Sarkozy et les fonds publics  http://www.agoravox.fr/
Sarkozy : Observatoire des promesses (6/15)  http://www.agoravox.fr/
FN : la faute politique de Sophia Aram  http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/
Le calendrier de DSK divise ses amis  http://www.lefigaro.fr
Présidentielle de 2012 : pourquoi Nicolas Sarkozy y croit  http://www.lefigaro.fr
Concilier espoir et rigueur, le programme du PS  http://www.lalettrevolee.net/
Mélenchon: «la question du FN arrange pour l’instant tout le monde»  http://www.liberation.fr/
Les déplacements très stratégiques de Nicolas Sarkozy  http://www.lemonde.fr/
Les proches de Dominique de Villepin s'en vont un à un  http://www.lemonde.fr/
Primaire PS : ça "chemine" pour Aubry... comme pour DSK  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Villepin peut-il faire contre mauvaise fortune bonne communication ?  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Moscovici promet que DSK se décidera pour 2012 "avant le 28 juin"  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Le tempo de la primaire socialiste s'accélère  http://www.lemonde.fr/
Proche-Orient
La Libye et la nouvelle doctrine stratégique US http://www.comite-valmy.org/
Assassinat du militant italien à Gaza: l'infernale séquence palestinienne (par Pierre Puchot) http://www.mediapart.fr/articles/feed
Guerre en Libye, guéguerre à l’Otan  http://www.causeur.fr/
Société
Immigration : le grand mythe de la substitution http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/
Immigration : la réalité chiffrée  http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/
Immigration légale : Claude Guéant précise ses intentions  http://tempsreel.nouvelobs.com/
Souverainisme
François ASSELINEAU dans l’émission « Tous en politique » sur Yvelines radio  http://www.u-p-r.fr/
Syndicalisme
Allocations familiales : Fraudes aux prestations (communiqué des Administrateurs Cgt de la Cnaf) http://humanite.fr/fil_rouge
Ouverture du capital de GRT-GAZ : la CGT dit NON ! (communiqué)  http://humanite.fr/fil_rouge
Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Revues de presse
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 21:04

 

     

 

      Des syndicats européens ont manifesté, le 9 Avril, à Budapest à l'appel de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) pour contester les politiques d'austérité au sein de l'Union Européenne, en marge d'une réunion des ministres des Finances.

 

     Nous nous félicitons de la logique unitaire de ce rassemblement qui a réuni des individus de plus de 22 pays différents. En effet , elle a permit à plus de 45 000 manifestants d'exprimer leur colère face aux politiques de rigueur qui visent à faire payer une fois de plus les salariés et d'esquisser un nouveau mouvement social.

 

      Cette manifestation est d'autant plus encourageante puisqu'en parallèle nous notons qu'en France, le mouvement anti-européen se développe grâce, par exemple, au formidable essor de l'UPR ou encore aux nombreuses ventes du livre de Nicolas-Dupont Aignan : L’euro, les banquiers et la mondialisation : l’arnaque du siècle (livre intéressant mais qui ne suffit pas à faire de NDA un opposant crédible). Enfin, la conjoncture des événements permet à tout citoyen de constater les limites de l'UE, ainsi la gestion catastrophique du dossier concernant l'arrivée de plusieurs dizaines de milliers migrants en Italie a été révélateur des contradictions de l'Espace Schengen. Contradictions qui ont sucité de vives réactions au sommet même de la hiérarchie européenne puisque le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni n'a pas maché ces mots en déclarant : "Nous avons demandé de la solidarité, on nous a répondu: débrouillez-vous seuls. Je me demande si cela a encore un sens de faire partie de l'Union Européenne".

 

         Malheureusement, malgré une mobilisation et des perspectives encourageantes, nous ne pouvons que déplorer les propos de John Monks, secrétaire général de la Confédération Européenne des Syndicats, qui appelait à la fin de l'Europe libérale au profit d'une « d'Europe sociale », projet alternatif voué à l'échec et qui n'est en réalité qu'un mythe cachant le véritable coeur du problème : l'impossibilité d'une construction européenne. C'est pourquoi il faut être vigilant et contester avec vigueur ce mirage européiste en établissant un travail d'éducation populaire dans le but d'imposer la seule issue possible : le démantelement de l'Union Européenne.

 

 

 

 

 

 

Aequitas.

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Sortir de l'UE
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 22:46

Addendum au 12/04/2011 : La proposition de médiation de l'OUA a été refusée par les insurgés, faute d'amener au départ de Mouammar Kadhafi...

 

Tribune libre de Pablito Waal

 

     Après trois semaines d'interventions aériennes des pays de l'OTAN en Libye, on peut faire les constats suivants:

 

     - La coalition a atteint son premier objectif : empêcher la défaite de la rébellion, imminente au 18 Mars;

 

     - Les bombardements n'ont pas permis un effondrement rapide du régime de Kadhafi (et de toute façon ils ne pouvaient y aboutir);

 

     - Les rebelles ont fait preuve du minimum d'organisation pour reprendre l'offensive jusqu'aux environs de Syrte, avant de refluer jusqu'à Brega et Adjabiyah. "Minimum" d'organisation est donc le terme approprié. Il semble clairement que les rebelles ne sont pas en mesure de gagner la guerre.

 

     La position que j'indiquais il y a trois semaines, consistant à livrer des armes aux rebelles, a pris du plomb dans l'aile :  ce n'est pas réellement les armes qui font défaut aux combattants rebelles, mais le plus souvent l'expérience du combat et un commandement efficace. En plus des armes, des instructeurs pourraient leur être envoyés - et y sont probablement déjà. Mais on ne monte pas une armée en trois semaines. L'achat de mercenaires pourrait être une solution, mais l'argent ne pourrait venir que de l'Occident, et l'autonomie de la rébellion ne s'en sortirait pas mieux qu'avec une intervention directe au sol des troupes de l'OTAN (hypothèse qui reste heureusement rejetée).

 

      En revanche, le fait de reconnaître la rébellion et d'empêcher sa défaite me semblent toujours être de justes décisions. On a vu se multiplier les analyses sur les intérêts économiques ou géostratégiques des pays membres de l'OTAN sur la Libye, sur le fait que cette guerre était tout sauf désintéressée (oh, pas possible ! ce qui m'étonne, c'est qu'il existe encore des gens croyant en la possibilité du désintéressement en politique internationale, et qui se choquent de voir des manoeuvres intéressées...). Ou sur le fait que la rébellion aurait été fomentée de l'extérieure, par la France notamment selon la presse italienne (ou plutôt l'exploitation qui a été faite de ces informations par le Web conspirationniste et "anti-impérialiste"). Pour ma part, je ne crois pas que l'on puisse déclencher une guerre civile à partir de rien dans un pays et depuis l'extérieur. Il faut payer cher des gens qui vont risquer leur vie, s'assurer qu'ils aient des armes, et surtout des combattants à convaincre de la nécessité de se battre, des gens prêts à saccager leur pays... Sauf à payer directement chaque combattant (ce qui se verrait très rapidement), une puissance étrangère ne peut pas déclencher une guerre dans un pays où les gens n'ont pas une bonne raison de se battre entre eux. Plutôt que "la rébellion a été fomentée depuis l'extérieur", la réalité, selon mes lectures, serait plutôt que la rébellion était déjà en projet depuis plusieurs mois, et qu'elle avait trouvé des alliés à l'étranger. Mais ces alliances n'expliquent pas que la moitié du pays se soit soulevé.

 

      Dans le cas de la Libye, le sauvetage de l'insurrection par l'OTAN n'a pas entraîné de soulèvement en zone contrôlée par le régime qui aurait terrassé Kadhafi. La répression du pouvoir y est sans doute pour quelque chose, le niveau d'organisation du régime de Tripoli restant nettement supérieur à celui de Benghazi.

 

      Il n'en reste pas moins que, militairement, la situation n'avance pas, le front faisant des va-et-vient pendant que Misrata agonise sous les bombardements. Pour les rebelles, toute négociation ne commençant pas par le retrait de Kadhafi et fils est inacceptable. Et on peut le comprendre: une telle issue rendrait vain tout l'effort de la rébellion depuis Février, sauf si le pays se divisait en deux, avec un Kadhafi-land à l'Ouest, et le Conseil National à l'Est.

 

     Aujourd'hui, des médiateurs de cinq pays africains - malien, ougandais, mauritanien, congolais, sud-africain - avaient embarqué pour la Libye, dans l'espoir de trouver une solution politique. C'est encore la seule solution pour régler le conflit en laissant aux libyens des deux camps le choix de l'issue.

 

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans International
commenter cet article

Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique