Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 23:11

Suite de la publication de notre programme, et abordage d'un sujet majeur : pourquoi renverser le système capitaliste et par quoi le remplacer ? Les six chapitres qui vont suivre celui-ci formeront une explication plus détaillée du modèle présenté dans l'article "Changer de système pour sortir du Capitalisme". Un PDF synthétique sera proposé ensuite.

 

Résumé :

       Le capitalisme, même peu libéral tel que nous le connaissons en France, est à la fois exploiteur, trop inégalitaire, et gaspilleur de temps et de ressources.

       Les innombrables régulations dont il a fait l’objet l’alourdissent plus qu’elles ne l’améliorent. La planification comme la fixation des prix semblent vouées à l’échec, et nous ne pouvons renoncer aux échanges extérieurs.

 

Trois failles de l’économie capitaliste de marché

            Distinguons d’abord capitalisme et économie de marché : le capitalisme est un système où les biens productifs, l’initiative de la production et surtout les profits sont privés. Cela ne signifie pas que les échanges ne seront pas réglementés, qu’il n’y aura pas de monopoles de droit, d’imposition, ou que tout le monde aura accès à l’initiative économique, ou que les prix soient librement décidées entre offreurs et demandeurs. Ce qui serait les conditions d’une économie de marché libérale.

Par leur refus du capitalisme, les membres de Socialisme et Souveraineté manifestent principalement leur contestation :

-   De l’exploitation économique, c’est-à-dire de la captation du produit du travail par la propriété. Que celui qui a mis un capital à disposition d’autrui pour travailler puisse conserver la valeur de ce capital, qu’on l’indemnise de la dégradation de son capital, contre l’inflation, est parfaitement normal. Qu’on indemnise la prise de risque par une prime compensant les pertes l’est aussi. Mais le principe du capitalisme va au-delà, et permet de s’enrichir réellement et sans cause par la propriété. Et cet enrichissement est loin d’être accessible à tous, et au même niveau ;

-   D’un niveau d’inégalités qui, bien qu’en baisse sur notre longue histoire de pays industriel, restent élevées : les 10% d’habitants les plus riches de France touchent 6 fois plus par tête que les 10% les plus pauvres, et ce niveau d’inégalité est inférieur à la moyenne de l’OCDE. Nous refusons l’idée selon laquelle ces inégalités seraient globalement imputables au choix de certains de travailler moins que d’autres ou à leur moindre mérite : non pas parce que les différences entre individus n’existent pas, mais parce que la cause principale des inégalités, c’est la division des tâches existant dans toute société industrielle. Quand bien même tout le monde travaillerait et étudierait d’arrache-pied, on ne pourrait tous devenirs directeurs de service, d’entreprise, ingénieur ou technicien de haut niveau. Nous ne reviendrons pas sur la division du travail, nous devons alors assurer une redistribution du revenu, et pas seulement pour  venir en aide à la grande pauvreté ;

-   De productions inutiles, imposées par la trop faible coopération entre individus et mutualisation des consommations dans l’économie de marché. Contrairement aux libéraux, nous ne pensons pas que la solution à toutes les pénuries soit toujours dans la hausse de l’offre : pour ce qui est du logement, s’il est vrai que l’Etat entrave la construction par ses taxes et lois, en revanche le stock de logements (y compris vacants et  résidences secondaires) suffirait déjà à loger tous les habitants de ce pays ! De même, le recours massif à l’automobile, sans parler des « services financiers » et juridiques est loin d’être toujours choisi, et on pourrait bien imaginer un système qui s’en passe ! Les entreprises font preuve, économies oblige, d’une sobriété croissante d’énergie et de ressources par unité produite. Mais en produisant encore plus de logements, de biens, de déplacements, de services, et même si, nous pouvons arriver à des gaspillages de plus en plus grands, qui réduisent les gains écologiques que nous venons d’évoquer (« effet rebond »). Parmi les pays à économies de marché développées, est-ce dans les plus riches que l’on vit le plus vieux, qu’on est le plus éduqué, le plus informé, le mieux nourri… ? La réponse est non. Et des productions futiles, même si agréables, sont toujours une perte de temps et de ressource pour de nouvelles recherches.

Les écueils à éviter

            Les expériences du XXème siècle nous ont cependant mis en garde contre les idées suivantes :

-   La planification de l’économie : même si l’expérience de l’URSS et ses alliés a été largement faussée par l’absence de démocratie, non imputable en soi à la planification, la planification est condamnée par l’incapacité d’une structure centralisée à synthétiser l’essentiel de l’information concernant la disponibilité des ressources et les processus de production efficaces ;

-   La fixation des prix : d’autres modèles alternatifs, comme l’écosociétalisme (www.societal.org), prévoient une fixation générale des prix par la voie démocratique. Or, comme pour la planification, l’Etat ne peut connaître autant d’informations que les millions d’individus qui négocient les prix, et les fixations de prix ont débouché fréquemment sur des pénuries et fraudes ;

-   L’autarcie : dans le cinquième numéro de notre journal (Janvier 2011), nous avions conclu que si la protection de secteurs stratégiques est vitale, aucune nation ne se développe sans échanges extérieurs. Il faut donc une économie qui maintienne ces échanges, et incite à éviter des déficits commerciaux durables. Et qui n’interdit pas les investissements étrangers ;

-   Le réformisme : combien de mouvements politiques veulent « sortir du néo/ultra-libéralisme », à coup de réglementations, quotas, monopoles, subventions…Or c’est déjà le portrait de la France actuelle, capitaliste mais fort peu « libérale » (cf. le sixième numéro de notre journal, de Février 2011)…

Partager cet article

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans Propositions
commenter cet article

commentaires

Robin des bois 11/06/2011 12:23



"D’un niveau d’inégalités qui, bien qu’en baisse sur
notre longue histoire de pays industriel, restent élevées : les 10% d’habitants les plus riches de France touchent 6 fois plus par tête
que les 10% les plus pauvres"


Niveau d'inégalités en baisse peut-être si on prend pour référence les 10% les lus riches, mais certainement pas
si on prend les 1% ou davantage encore les 0.1% les plus riches. Car c'est particulièrement les revenus des très riches qui ont fortement augmenté au cours des derniers
temps, beaucoup plus que ceux des moyens riches.



Socialisme&Souveraineté 12/06/2011 17:18



Bonjour,


votre remarque est tout à fait juste, les revenus des très riches (les 1% ou 0.1%) ont beaucoup progressé dans la décennie 2000. Mais cela n'efface pas que sur le long terme, l'écart entre les
plus hautes fortunes du pays et le niveau de richesse moyen a fortement baissé, comme le montrait Jacques Marseille dans "L'Argent des Français". Or, pour faire une critique du système
capitaliste, nous devons nous baser sur une appréciation de long terme, pas sur une évolution courte.



Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique