Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 23:37

Notre mouvement est resté très silencieux sur les évènements de Côte d’Ivoire depuis la présidentielle de Novembre dernier.

Replaçons un peu le contexte : cette ancienne colonie française, passée du « miracle » des années 60 au « mirage » suite à la baisse des prix des matières premières sur lesquelles se fonde son économie (premier exportateur mondial de cacao), fut l’un des plus grands receveur d’immigrants venus de ses voisins du Nord (Burkina Faso, Mali), majoritairement musulmans, alors que la Côte d’Ivoire est aux deux tiers chrétienne ou animiste. La « présidence » de Félix Houphouët-Boigny laisse place en 1993 à Henri Konan Bédié, qui utilise le concept « d’ivoirité » de son prédécesseur pour rendre inéligibles les ivoiriens issus de l’immigration. Les tensions qui croissent entre natifs et migrants, chrétiens et musulmans mène au coup d’Etat du général Robert Gueï, en 1999, qui finit par céder le pouvoir à Laurent Gbagbo suite aux élections de 2000, pendant que de nombreuses candidatures étaient encore invalidées (dont celle d’Alassane Ouattara, musulman libéral du nord). Opéré par des militaires « nordistes » entraînés au Burkina Faso, le coup d’état de 2002 manque de prendre la ville-poumon du pays, Abidjan (la capitale politique étant Yamoussoukro, au centre), et aboutit à la division du pays en deux parties, selon une ligne sud-ouest – nord-est. Sous le prétexte officiel de protéger quelques milliers de ressortissants européens et autres non-africains, détenteurs de la plupart des entreprises industrielles locales, les forces françaises, toujours présentes depuis l’indépendance en 1960, imposent la ligne de démarcation, et la France tente d’organiser un gouvernement de conciliation dans les accords de Linas-Marcoussis suivis de ceux d’Accra (capitale du Ghana voisin). Aucun de ces accords ne sera concluant. Plusieurs accords plus tard, et bien plus encore de massacres, dont quelques uns imputables à l’armée française (en 2004 notamment, quand eut lieu l’assaut de l’armée ivoirienne contre des soldats français à Bouaké, auquel l’armée française répond en détruisant l’aviation ivoirienne), les accords de Ouagadougou (capitale du Burkina Faso) de 2007 prévoient une présidentielle devant réunifier le pays. Elle n’a eu lieu qu’en Novembre 2010.

Début Décembre, les résultats du second tour (le premier avait placé Gbagbo en tête, Ouattara en second et Konan Bédié en troisième) sont annoncés par une commission électorale indépendante, qui clame la victoire de Ouattara avec 54% des voix, avant que le conseil électoral national (favorable au président sortant) ne prétende que Gbagbo l’emportait avec 51% des voix. Rapidement, l’ONU, plusieurs pays africains et l’Union Africaine au final reconnaissent la victoire de Ouattara. Celle-ci est pourtant vivement contestée par le pouvoir sortant : le Nord a voté majoritairement Ouattara, le Sud et Abidjan Gbagbo. Et avec moultes accusations de fraudes et d’intimidations des votants contre chaque camp. Faute d’un nouveau décompte demandé par Gbagbo, le pays est revenu pour quatre mois à sa division Nord-Sud, pendant que plusieurs centaines de meurtres étaient commis. Fin Mars, le camp Ouattara réalise une offensive éclair qui lui permet de conquérir le Sud, exception faite d’une partie d’Abidjan, où Gbagbo résiste avec les forces qui n’ont pas encore fait défection, et ses partisans civils (dont les Jeunes Patriotes). Alors que la pression sur les européens encore sur place s’intensifie, la France y voit matière à faire passer son contingent de moins de mille à 1650 hommes.

Le 4 Avril, les troupes de l’ONUCI (forces de l’ONU en Côte d’Ivoire, censées assurer la protection des civils depuis 2004) et l’armée française soutiennent l’assaut de Ouattara sur Abidjan. Le prétexte est la résolution 1975 de l’ONU, obtenue par la France et la Nigéria, pour neutraliser les armes lourdes utilisées contre les civils – un moyen efficace de s’assurer que, dans un moment désespéré, le camp Gbagbo ne se servira pas de ses dernières armes contre les infrastructures où des entreprises telles que Bouygues ou Bolloré sont impliquées.

Contrairement à des blogueurs amis, Socialisme & Souveraineté n’a pas pris de position tant il est difficile d’être certain de l’issue réelle de l’élection. La rapidité avec laquelle la victoire de Ouattara fut reconnue par les pays occidentaux peut inspirer la méfiance. Quant à l’intervention française, une enquête s’avère rapidement nécessaire tant cette entrée brutale de nos troupes dans le conflit, dont l’issue ne fait maintenant plus de doute en faveur d’Ouattara, apparaît éloignée de l’objectif de protection des civils. La situation de la Côte d’Ivoire n’est pas du tout celle de la Libye : déjà parce que le conflit est déjà en grande partie réglé, et parce que même si la pratique du pouvoir de Laurent Gbagbo de  2000 à 2010 est discutable d’un point de vue démocratique, s’il se trouvait qu'il était le réel vainqueur des élections de Novembre dernier, alors on ne pourrait le comparer à un despote comme Kadhafi, Bachar El-Assad, ou il y a peu encore Ben Ali et Moubarak. Et la prise du pouvoir par Ouattara ne saurait alors être assimilée à la victoire de la démocratie. Certes, l'ONU a pourtant reconnu la victoire de Ouattara, en reconnaissant des plaintes de l'autre camp sur des fraudes possibles, mais en précisant que cela n'inverserait de toute façon pas le résultat. Mais si l'ONU s'était trompé, ou avait menti? Pourquoi faudrait-il nécessairement croire en l'objectivité d'une organisation construite pour que les nations les plus puissantes y disposent de veto, et composée d'un grand nombre de pays non-démocratiques?

Notre mouvement exige la clarté sur les raisons de l’intervention des troupes françaises, et leur désengagement le plus rapide des combats. Et que soit proposée au nouveau pouvoir ivoirien une consultation du peuple pour savoir s’il tolère vraiment la présence d’une force armée étrangère – française en l’occurrence-, depuis des décennies, sur son sol.

Quelques liens :

Point sur la situation en Février dernier par une analyste de l’université de Sherbrooke (Canada) :

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=1296

L’offensive-éclair de Ouattara fin mars :

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2621p010-013.xml0/france-nigeria-liberia-etats-uniscote-d-ivoire-les-secrets-d-une-offensive-eclair.html

Alain Juppé sur LCP mardi 5 avril :

http://www.lcp.fr/videos/reportages/14228-cote-d-ivoire-le-point-sur-la-situation-mardi-soir

La Côte d’Ivoire en proie aux conflits ethniques :

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Cote-d-Ivoire-les-conflits-ethniques-a-leur-apogee-269895/

Abidjan en plein chaos :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/cote-d-ivoire-des-quartiers-d-abidjan-livres-aux-miliciens_980932.html

L’ONU demande des corridors humanitaires :

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110408130247/onu-laurent-gbagbo-guerre-alassane-dramane-ouattaracote-d-ivoire-l-onu-demande-la-creation-de-corridors-humanitaires.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Socialisme&Souveraineté - dans International
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique