Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:57
http://www.generationsengagees.fr/userfiles/images/R%C3%A9gionales2010.jpgNous allons faire un bilan de ce premier tour des élections régionales, en vous demandant de nous pardonner si certaines informations sont légèrement erronées (nous n'avons guère le temps de faire une étude approfondie, n'est pas politicien professionnel ou permanent de parti qui veut) :


L'abstention


C'est la grande gagnante de ce premier tour de scrutin. Avec 53,64 %, elle terrasse l'ensemble de ses adversaires.

Cependant, à la différence d'un certain Mélanchon et d'autres analystes du dimanche, nous n'y voyons pas véritablement un vote-sanction contre Sarkozy (ou le gouvernement) ni même une façon d'exprimer sa colère et sa révolte.

Nous y voyons davantage un certain désintéressement de la politique, du moins pour l'immense majorité des abstentionnistes (d'autres - très minoritaires et qu'on retrouve sans doute pour partie dans nos eaux - ne votant pas car rien ne leur correspond), propre à toutes les sociétés dépolitisées.

En effet, beaucoup de "citoyens" français se contrefichent de la politique, cette tendance va d'ailleurs en s'amplifiant à mesure que nous descendons dans les catégories d'âge, et ont finalement la classe politique et le système qu'ils méritent.

Certes on peut dire que ce n'est pas QUE de leur faute s'il n'y a aucune offre politique satisfaisante mais quand bien même il y aurait une liste qui proposerait une alternative crédible, ils ne voteraient pas massivement pour elle, empêtrés qu'ils sont dans leur tendance permanente au vote moutonnier et à l'alternance stérile entre "droite des affaires" et "gauche de gestion" (d'ailleurs c'est assez pitoyable et pas révélateur d'une grande maturité que de déjuger à chaque fois ses choix en votant massivement pour un camp puis pour l'autre d'une année sur l'autre)

Inutile de signaler que nous sommes toujours amusés de voir des mini-groupuscules - souvent gauchistes - qui avaient appelé à l'abstention se réjouir bruyamment d'un fort taux d'abstention. Car si par chance (pour le pluralisme démocratique), ces "forces" politiques - souvent bêtement gauchistes - avaient eu la possibilité de présenter des candidats, il est très probable qu'elles auraient fait un très faible score (c'est tellement évident qu'il n'est pas très utile de le dire)


Le Parti Socialiste


Le Parti Socialiste, après avoir connu la déconfiture il y a moins d'un an aux élections européennes, réalise un score qu'il n'avait plus atteint depuis longtemps (ce qui confirme ce que nous disions sur la versatilité pas très mature de l'électeur français) : 29,5%

Dans toutes les régions, le Parti Socialiste semble en mesure de l'emporter, sauf peut-être en Alsace où la candidat UMP a pris ses distances et en Languedoc-Roussillon où le dissident forcé Georges Frêche (individu assez méprisable, méprisant et suffisant par ailleurs, il parait qu'il a tellement la grosse tête qu'il ne passe pas les portes) écrase la candidate officielle de Martine Aubry.

Dans la majorité des régions, le Parti Socialiste devance l'UMP, même s'il est devancé d'une courte tête en Ile-de-France ou en Rhones-Alpes. Insuffisamment cependant pour lui faire perdre ces régions au second tour, étant donné les réserves de voix (Europe Ecologie, Front de Gauche) dont il dispose.


L'UMP


L'UMP, cette machine à gagner les élections, réalise sans doute son plus faible score national depuis sa création : 26,2%

Les membres du gouvernemnt prennent en général des claques assez significatives, par exemple Xavier Darcos en Aquitaine, Valérie Létard dans le Nord ou encore l'auvergnat Brice Hortefeux évidemment en Auvergne.

Seule l'élégante Valérie Pécresse, qui se verrait pour notre grand malheur présidente de la République en 2017, parvient à limiter la casse en Ile-de-France en devançant le PS, avec cependant une très faible chance de l'emporter au second tour.

L'UMP ne devrait pas être en mesure de reconquérir de nouvelles régions. Pire encore : elle serait en passe de perdre l'un de ses deux bastions, la Corse, où la situation politique est fort compliquée et où les tractations vont sans doute aller bon train dans la semaine.


Europe-Ecologie


L'organisation Europe Ecologie de Cécile Duflot et Dany Cohn-Bendit confirme sa perçée des élections européennes en réalisant un score national de 12,5%, et semble s'installer durablement comme une force qui compte dans le paysage politique français (on en a bien pour au moins 50 ans à se coltiner ces guignols-escrocs).

Europe-Ecologie ne parvient cependant à devancer le PS dans aucune région, alors qu'elle (l'organisation) nourrissait quelques espoirs en Alsace. Elle réalise tout de même un score supérieur à 10% dans la majorité des régions, ce qui la place dans la possibilité de se maintenir au second tour et donc de négocier en relative position de force des strapontins régionaux auprès du PS.


Le FN


Ces élections régionales marquent un relatif retour du FN, qui franchit à nouveau la barre des 10%. Il obtient un score national de 11,7%. Certes, ce score est en légère baisse par rapport à celui des élections régionales de 2004 mais permet à ce parti de se relancer après quelques significatifs revers électoraux.

A propos, savez-vous à quoi reconnait-on un serial-loser ? C'est un type qui quand il vote pour une force politique, celle-ci réalise ses plus faibles scores et quand il arrête de voter pour cette formation, celle-ci se relance comme par magie. Certains auront compris l'allusion, et un peu d'auto-dérision ne fait pas de mal.

Malgré tout, il faut relativiser ce retour du FN, d'abord car comme deja dit il réalise un score plus faible qu'aux régionales de 2004 et car ce score a pu être potentiellement favorisé par la forte abstention, certains pensant que les électeurs FN sont plus civiques que les autres et se déplacent plus facilement aux urnes (ce qui est contestable mais ce qui est possible).

Comme d'habitude, le FN réalise ses meilleurs scores schématiquement dans toutes les régions de l'Est : PACA où ce parti retrouve son électorat traditionnel de petits droitards anti-sociaux avec plus de 20%, Languedoc-Roussillon avec plus de 13%, Rhone-Alpes avec plus de 14%, Alsace avec plus de 13%, Bourgogne avec plus de 15%, Picardie avec plus de 16%, Nord-Pas-de-Calais avec plus de 18%.

Comme d'habitude aussi, le FN réalise ses plus faibles scores schématiquement dans toutes les régions de l'Ouest où il n'atteint nul part les 10% nécessaires pour se maintenir au second tour (sauf peut-être en Haute-Normandie) : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charente, Pays de la Loire, Bretagne en allant jusqu'à l'Auvergne et ceci malgré un relatif bon score dans la ville de Vichy (plus de 13%) notamment réputée pour ses eaux thermales. :)


Le Front de Gauche


La mort de Jean Ferrat n'a pas permis au Front de Gauche de gagner 1 ou 2% en plus (*).

Le Front de Gauche, qui était présent dans l'immense majorité des régions (sauf une ou deux, ne nous demandez pas lesquelles) , obtient un score national globalement conforme aux attentes : 5,9%. Un score convenable pour cet attelage PCF-Parti de Gauche mais qui ne les autorise pas pour autant à pavoiser outre mesure.

Le Front de Gauche obtient ses meilleurs résultats dans les régions situées au plus profond du coeur de la France traditionnelle, l'Auvergne et le Limousin, avec respectivement plus de 14% et plus de 13% (avec en Limousin une liste commune avec le NPA).

Il obtient par ailleurs des scores convenables en Corse, avec 10% (grâce essentiellement au maire PCF de Sartène Dominique Bucchini qui est connu pour être le plus intransigeant ou du moins le moins mou des élus corses contre les séparatistes régionalistes), dans le Nord-Pas-de-Calais avec 10,5% ou encore en Haute-Normandie avec plus de 8%.

Le score en Nord-Pas-de-Calais, même s'il n'est en apparence pas mauvais, est bien en deça de ce que pourrait faire une organisation de gauche populaire et républicaine dans ce bastion historique du mouvement ouvrier.

En effet, il faut noter que les listes Front de Gauche du PCF Alain Bocquet font un meilleur score dans le Nord que dans le Pas-de-Calais. Or, nous semble t-il (mais peut-être que nous nous trompons, auquel cas nous vous présenterions nos plus plates excuses), le Pas-de-Calais est un département encore plus sinistré que le Nord. Une telle force devrait donc, en toute logique, faire un meilleur score dans le Pas-de-Calais que dans le Nord.

Comment l'expliquer ? Tout simplement par le fait que le FN représenté dans la région par Marine Le Pen réalise lui un meilleur score dans le département du Pas-de-Calais que dans le département du Nord.

Notre avis est que le Front de Gauche, s'il veut espérer un jour reconquérir véritablement le coeur des classes populaires, devra modifier un peu son discours et ses priorités.

Dans le cadre des élections dans cette région (comme partout ailleurs), la tête de liste Alain Bocquet a insisté sur deux grands axes : la question économique et sociale d'une part, la question écologique d'autre part.

C'est ainsi que le bien-pensant Alain Bocquet, pour draguer l'électorat écologiste, a déclaré crétinement : "Je suis un écocologiste".

C'est à notre sens très mal joué stratégiquement, car jamais l'électorat écologiste, majoritairement composé de personnes n'appartenant pas aux classes populaires, ne se reconnaitra dans un parti tel que le Front de Gauche qui leur apparait comme trop à gauche économiquement. Les draguer PRIORITAIREMENT est donc une grave erreur politique.

S'il veut un jour franchir un cap et faire un saut quantitatif et qualitatif, le Front de Gauche devra draguer avant tous les classes populaires en répondant à ses préoccupations immédiates qui sont certes la situation économique (dont le Front de Gauche parle deja, sans apporter nécessairement les bonnes réponses mais c'est un autre débat) mais aussi les questions relatives à l'insécurité et à l'identité nationale. Et certainement pas l'écologie, quiconque connait un peu le milieu des précaires (on ne dit plus prolétaires) sait par exemple que les taxations écologiques contre l'automobile y sont très mal accueillies et que l'écologie y est l'une des dernières des préoccupations.

S'il veut reconquérir une partie de l'électorat du Front National (notamment dans les régions où il a un fort électorat populaire, c'est beaucoup moins le cas en Alsace ou en PACA même si même dans ces régions, nous connaissons quelques personnes qui seraient récupérables pour une gauche populaire et républicaine) et le coeur des classes populaires (dont beaucoup sont abstentionnistes), le Front de Gauche devra en passer par là : oublier un peu la thématique écologiste et répondre davantage à la demande de sécurité (pas seulement sociale) des classes populaires.

S'il refuse, le Front de Gauche devra se contenter, à l'image de l'"écocologiste" Alain Bocquet, de jouer éternellement un rôle d'idiot utitile du Front National et de l'UMP, et de végéter autour des 6%. S'il accepte, nous prévoyons qu'il atteindra un score à deux chiffres dans un futur proche car il y a vraiment la place dans notre pays pour une gauche populaire et républicaine qui se déciderait à briser les tabous et à répondre à TOUTES les préoccupations légitimes des "petites gens".


Le MODEM


Le MODEM de François Bayrou confirme sa chute avec 4,2 % des voix au niveau national. A notre avis, cette chute est définitive : le MODEM a perdu son électorat au profit d'Europe Ecologie, et on ne voit pas bien par quel miracle il pourrait espérer un jour le retrouver.

Dans toute les régions, c'est la débacle, sauf en Aquitaine avec le député de ma circonscription, le neuneu simpleton Jean Lassalle, qui fait un score de plus de 10% et qui est donc en position de se maintenir (essentiellement grâce à son score dans son fief des Pyrénées-Atlantiques).


Le NPA


Le NPA, qui était annoncé comme le parti de demain il y a peu encore (après des bons scores aux élections municipales dans quelques villes), a perdu beaucoup de ses illusions en l'espace de deux élections. Deja, les Européennes n'avaient pas été bien brillantes mais là c'est pire avec 2,5% des suffrages.

Même Olivier Besancenot, en Ile-de-France, ne réunit que 3% des suffrages.

Certes, le NPA n'est probablement pas favorisé par le fort taux d'abstention, son électorat étant majoritairement jeune, politiquement inculte et peu civique (il se déplace donc rarement aux urnes).

Mais il paie surtout le fait, avec beaucoup plus de force encore que le Front de Gauche, que son dicours gauchiste stéréotypé est très bien pour s'attirer les faveurs de post-ados incultes ou de profs encartés à la FSU mais qu'il est totalement à coté de la plaque pour pouvoir espérer toucher massivement les classes populaires (mais comment pourraient-ils le savoir, eux qui bien souvent ne les fréquentent pas).


Lutte Ouvrière


Lutte Ouvrière continue sa descente aux enfers avec à peine 1% des voix au niveau national. On ne se plaindra pas de voir cette secte ridicule disparaitre.


Les forces régionalistes


Dans plusieurs régions, des forces régionalistes présentaient des listes avec des destinées variées : parfois des succès mais aussi des échecs.

Des succès d'abord, notamment en Corse, où les forces régionalistes cumulent 28% des suffrages en 3 listes. La situation en Corse est d'ailleurs bien difficile après ce premier tour, et bien malin celui qui pourrait prédire qui sortira vainqueur du second tour.

Des échecs ensuite, notamment en Alsace. Dans cette belle région, longtemps tiraillée entre la France et l'Allemagne, la formation "Alsace d'Abord" frôle la barre des 5%, c'est à dire bien moins qu'en 2004 avec plus de 9%. Ceci ne doit cependant pas induire en erreur sur la force du sentiment identitaire dans cette région, qui se réclame d'une double culture française et alémanique.


Les autres forces politiques


Pas grand chose à dire dans cette rubrique,car il n'y avait pas beaucoup d'autres forces politiques.

Si ce n'est peut-être "Debout la République" de Nicolas Dupont-Aignan, qui se réclame d'un certain souverainisme (soft), et qui réalise 4,15% en Ile-de-France. Nous ne savons si ça peut être interprété comme un bon ou un mauvais score pour cette formation politique, nous laissons les spécialistes en juger.

Voila ce que nous pouvions dire concernant ce premier tour des élections régionales.


(*) ça peut paraitre crétin mais il y a parfois des évènements qui se déroulent peu de temps avant le scrutin qui influent sur le résultat (c'est dire le sérieux des critères de vote). Nous nous souvenons par exemple du film-canular "Home" qui avait favorisé Europe Ecologie avant les Européennes de 2009 ou encore de ce vieux monsieur qui avait été victime d'une grave agression peu de temps avant les élections présidentielles de 2002, ce qui aurait alors favorisé le Front National.














Partager cet article

Repost 0
Published by Julien B. - dans National
commenter cet article

commentaires

céline76 24/03/2010 13:23


En effet ils sont marrants! ;-)


Julien 18/03/2010 13:50


Sur Jean Ferrat, lire aussi l'avis des maos, c'est assez rigolo (j'adore les maos français) : http://www.contre-informations.fr/?p=5339


Julien 18/03/2010 00:42


Euh non, je crois qu'il n'a jamais soutenu le NPA. Bové en 2007, oui, et là apparemment il aurait voté Front de Gauche.

Pour plus de précisions, lire ce texte du PRCF, dans lequel on apprend qu'il a signé une pétition pour sortir la France de l'Europe de Maastricht en 1997, ou encore qu'il avait signé le manifeste
pour la défense de la langue française :

http://www.initiative-communiste.fr/wordpress/?p=7604


céline76 17/03/2010 00:07


Très bonne analyse. Il me semble que Jean Ferrat avait malheureusement viré NPA ces dernieres années.


Présentation

  • : Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • Pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale
  • : Vous voulez adhérer à notre organisation, nous poser des questions, nous donner des conseils pour l'amélioration du blog, faire connaissance autour d'un pot virtuel, nous insulter,...... Vous voulez nous aider à la rédaction d'articles ou vous avez des idées de sujets que nous pourrions aborder ? Alors n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : socialismesouverainete@yahoo.fr
  • Contact

Recherche

Socialisme & Souveraineté

Rejoignez Socialisme&Souveraineté

socialismesouverainete@yahoo.fr

Avertissement

Socialisme et Souveraineté est une organisation créée le 11 Novembre 2009. Les articles publiés avant cette date sont conservés à titre d'archives, mais ne réflètent pas nécessairement la ligne du mouvement. Toute remarque courtoisement exposée sera bienvenue.

Joins la Dissidence !

Notre petit bonhomme de chemin

Wikio - Top des blogs - Politique